Être expatrié ou être immigré?

Lors de la publication de mon article sur mon intégration en Allemagne, vous avez été nombreux à réagir sur l’emploi du terme « expatrié » et j’ai d’ailleurs eu le plaisir d’approfondir cette discussion avec quelques personnes. Aujourd’hui je voulais revenir sur ces deux termes « expatriation » et « immigration » et pourquoi j’emploie encore toujours le mot « expatriée ».

Avant toute chose, je ne juge personne et donc j’attends en retour de ne pas être jugée sur mes choix personnels! Tout commentaire déplacé sera directement supprimé!

Une des raisons qui fait que je préfère le terme d’expatrié au terme d’immigré, c’est que je trouve que ça fait plus « chic ». Pas dans le sens économique, mais dans le sens d’ouverture au monde. C’est quand même sympa de dire qu’on vient d’un pays et qu’on vit dans un autre, ça reflète tout de suite l’enrichissement culturel qui fait notre personne. D’ailleurs, je considère personnellement n’importe quelle personne étrangère ayant quitter son pays pour vivre ailleurs comme étant expatriée.

Dans la même optique, je rejette le terme d’immigré qui ramène à une situation négative de quelqu’un qui a fuit son pays, qui ne s’en sort pas socialement et qui n’est pas intégré. Et là, je ne parle que de comment les médias décrivent les immigrés! C’est d’ailleurs pour cela que je considère tout le monde comme expatrié, il y a toujours une réussite quelque part, déjà par le simple fait d’avoir réussi à changer de pays et de vie. Et de nos jours, ceux qui ont vraiment fuit pour des raisons politiques sont les réfugiés, une « catégorie » à part de gens qui ont quitté leur maison à contre cœur, avec la peur au ventre et tout un tas de difficultés à surmonter, mais ça, c’est un autre sujet.

En vrai, je ne suis pas non plus une grande fan du terme expatrié car il a aussi ses côté négatifs selon moi. En effet, qui dit expat, dit riche et grande carrière à l’étranger, qui a quitté sa mère Patrie. C’est une des choses qui me met le plus en rogne à chaque fois, que les gens pensent tous qu’être expat veut dire rouler sur l’or! Combien ne me croient pas quand je leur dit que ce n’est pas forcément le cas! Quant à la notion de patrie, je la trouve elle aussi dépassée, valable pour le 19è siècle. Une patrie, c’est un ensemble de 1001 cultures que personne ne peut toutes connaître. Encore plus de nos jours la notion de patrie n’est plus d’actualité quand on sait qu’une grande partie des gens de nos jours est déjà un mélange de plusieurs « patries »/cultures de différents pays.

Ce que je n’aime pas non plus dans l’expatriation, c’est que c’est tellement chic et à la mode que beaucoup disent « moi aussi je vais m’expatrier », comme s’ils allaient acheter la dernière paire de baskets à la mode, comme si c’était la chose à faire (à dire surtout) pour devenir in. Et pour ceux qui se sont vraiment expatriés comme moi (et qui généralement l’ont moins fanfaronnaient que ces gens-là, c’est plus facile de blablater que d’agir), on sait que la chose est loin d’être aussi simple que de faire une virée shopping, que l’expatriation est un vrai projet de vie loin d’être facile et surtout qu’on ne s’expatrie pas juste pour devenir populaire! A ces gens-là qui vulgarise l’expatriation comme une chose simple, j’ai souvent envie dire « lance-toi et viens ensuite te vanter! ». D’ailleurs, je sais que ceux qui en parlent le plus ne s’expatrieront jamais …

Pour conclure sur le sujet, aucun des deux termes « expatriée » et « immigrée » ne me satisfait vraiment et je préférerais un terme entre-deux qui n’ait pas de connotation négative. Une de mes lectrices me disait à juste titre que le terme allemand « Auswanderer » (qui signifie émigrant mais de façon neutre) était dans ce cas l’idéal. Mais les langues ne changeront pas et je continuerai d’employer le mot « expatriée » qui est un peu devenu ma signature, notamment grâce à ce blog 😉

Et vous? Quelle est votre avis sur le sujet?

Publicités

Pourquoi devenir franco-allemande

Dans moins de deux mois, je fêterai ma 8e année en Allemagne, déjà! Je me revois encore le jour de mon départ, un jour de pluie à Grenoble, avec la boule au ventre, ce billet d’aller-simple en poche et mille questions en tête, puis mon arrivée a Cologne sous le soleil, la rencontre avec ma colocataire et notre arrivée en gare d’Ehrenfeld, synonyme de début de cette nouvelle vie pour moi.

8 ans en Allemagne, cela veut dire que je peux désormais demander la nationalité allemande, chose que je vais faire et en voici les raisons.

Tout d’abord, devenir Allemande signifie pouvoir participer à la vie politique du pays. Et même si la politique et moi ça fait deux, travaillent et habitant ici depuis longtemps, je veux pouvoir moi aussi exprimer mes droits de citoyennes.

Ensuite, après autant d’années ici, la culture allemande fait désormais partie de ma culture et c’est donc pour revendiquer cette double culture qui me représente que je souhaite devenir Allemande. Pour autant, le jour où j’aurai la nationalité, elle ne sera jamais plus que ma nationalité d’adoption. Je suis et je resterai Française, c’est comme cela que je suis née et que j’ai grandi et je ne le renierai pas. De plus, je ne prétendrai jamais être une vraie Allemande dans le sens où il y aura toujours une part de cette culture qui me sera étrangère (et là je parle des 21 années où j’ai vécu en France et où je n’ai grandi dans le monde allemand).

Un autre point qui a motivé mon choix mais qui j’espère n’aura jamais lieu, c’est en cas de divorce. J’ai en effet souvent lu des témoignages de couples franco-allemands qui venaient à divorcer et où la garde de l’enfant était systématiquement donnée au parent allemand (et pas forcément de garde alternée!), le parent étranger étant considéré comme « incapable » de transmettre la culture allemande à l’enfant. Les juges considèrent qu’il est important que l’enfant grandisse dans cette culture, peu importe l’autre parent (vous voyez déjà la mentalité très fermée sur le sujet …). Donc évidemment, je n’espère jamais arriver à ce stade, mais si tel était le cas ou un cas similaire où l’on estimerait que parce que je ne suis pas Allemande, je ne peux pas élever mon enfant, je préfère prendre les devants.

Enfin, le côté pratique sera que je n’aurai plus à aller à Cologne ou à Francfort pour faire faire mes papiers d’identités (ce qui inclut devoir prendre une demi-journée voire une journée de vacances juste pour ça).

Voilà les quelques raisons qui me motivent, dans un prochain article je reviendrai sur la question du comment devenir Allemand(e).

Un petit tour en Moselle allemande

A l’occasion du pont de l’Ascension, ma petite famille a profité de quelques jours de libres pour se rendre en Moselle allemande où des amis ont une place de camping en bord de rivière.

La vallée de la Moselle allemande s’étend sur plus de 200 kilomètres de Trèves à Coblence où elle se jette dans le Rhin et elle correspond à la frontière Sud naturelle de la région de l’Eifel. Pour notre part, nous avons séjourné à Bad Bertrich, dans les montagnes et à une vingtaine de 20 minutes de la Moselle.

La spécialité de la région, hormis le tourisme, c’est le vin. Et cela se voit rapidement, une grande majorité des côtes de la vallée est couverte de vignes. Je ne suis pas une habituée des régions viticoles et j’ai donc été assez impressionnée par cette quantité de vignes! Mais j’ai compris pourquoi la Moselle était une des régions d’Allemagne les plus productives en matière de vin!

Nous avons fait une excursion d’une journée pour visiter Bernkastel-Kues et Traben-Trarbach, deux jolies villes aux centres historiques avec de nombreuses maisons à colombages. J’ai de loin préférée la première ville, plus jolie à mon goût avec un centre historique plus grand à visiter, et du coup aussi beaucoup plus touristique, les places en terrasses pour manger sont rares sur les coups de midi ;). Ci-dessous deux photos de Bernkastel.

Le jour de notre retour, nous avons fait une pause pour visiter le château d’Eltz, un château médiéval bien caché entre deux montagnes. La visite est intéressante, on y apprend pas mal d’anecdotes sur le château et de manière générale sur la vie à cette époque. Pour le rejoindre, on peut prendre une navette qui fait l’aller-retour avec le parking, ou alors y aller à pied à travers bois avec une petite randonnée bien sympathique, même par temps de pluie ;).

A découvrir : Visionnalp et My little Travelbooks

Aujourd’hui je viens vous partager deux liens qui, je l’espère, vous feront voyager et rêver un peu 🙂

Ce n’est plus un secret, une de mes grandes passions est de voyager et découvrir d’autres villes, pays et paysages. Cet engouement me vient de mes parents, eux aussi de grands voyageurs qui profitent désormais de leur retraite bien méritée pour partir à la découverte de nouveaux pays et endroits insolites, la dernière en date étant la Sicile avec plusieurs ascensions sur les volcans et de superbes clichés du Stromboli en éruption (cf photo de l’article)!

Aussi, pour en découvrir plus et en prendre plein les yeux, je vous invite à venir rendre visite au site de mon père

-> Site de Visionnalp <-

 ● ● ● ● ●

Et pour ma part, je retente une nouvelle fois l’aventure du blog voyage. La raison de ma motivation cette fois est que publiant moins sur FrenchyExpat, je ne souhaite pas envahir plus ce blog d’articles sur les voyages pour laisser entièrement la place à des articles sur le sujet principal de l’expatriation (au féminin) et l’Allemagne (donc les articles voyages à travers l’Allemagne seront toujours publié ici 🙂 )

Pour suivre mes prochains voyages, je vous invite donc à venir désormais ici. Pour le moment, je (re)poste mes récits de voyages passés (ceci afin de tout avoir sur un seul blog ;)) mais je posterai aussi des nouveautés que je partagerai de temps en temps sur la page Facebook de FrenchyExpat 🙂

-> Voyages d’ici & d’ailleurs <-

-> Page Facebook associée <-

Le congé parental en Allemagne

Voilà un moment que je n’ai pas posté ici et je m’en excuse par avance. Ceci dit, je dois avouer que j’aime cette liberté d’écrire quand l’inspiration est là et plus seulement de me « forcer » à publier un article par semaine. J’ai beau me creuser la tête, je vous avoue que je manque parfois d’imagination sur ce que je peux désormais vous raconter, ayant déjà écrit sur de nombreus sujets. Mais ce blog me tient à cœur et j’y ai mis trop d’énergie pour le laisser à l’abandon réellement. Donc même s’ils se font rares, j’espère pouvoir encore vous publier quelques articles de temps à autre pour vous faire découvrir de nouvelles choses :).

Parenthèse close, aujourd’hui, je reviens vous parler de la maternité en Allemagne, et plus précisément du congé parental.

Le congé parental est pris par la grande majorité des mamans allemandes à la suite du congé maternité qui se termine aux deux mois de l’enfant. Il faut savoir que le congé parental en Allemagne est très complexe, même les Allemands ont du mal avec toutes les spécificités possibles de ce congé, aussi je ne pourrais certainement pas vous le décrire dans son intégralité. Mais je vous propose une vue d’ensemble qui devrait déjà vous éclairer 😉

Le congé parental est de 14 mois au total, sachant qu’un parent ne peut pas prendre plus de 12 mois. Là commence une petite arnaque car les mamans qui enchaînent congé maternité et congé parental doivent déclarer prendre 12 mois, mais n’ont le droit en fait de prendre que 10 mois (payé 10 mois également), soit jusqu’au premier anniversaire de l’enfant. Pas très juste ces deux mois de perdus. Quant aux deux autres mois (le 13e et le 14e), ils peuvent être pris par les papas (qui peuvent aussi prendre plus et donc les mamans prendront moins). C’est une mesure particulièrement apprécié et de plus en plus de papas en profitent. Ils ne sont d’ailleurs pas obligé de prendre deux mois à la suite, ce qui plaît aux employeurs (même si en soi, ceux-ci n’ont pas le droit de refuser un congé parental).

Côté rémunération, pour un salarié, l’allocation du congé parental s’élève à 67% du salaire des douze derniers mois. Pour la petite anecdote, la demande de cette allocation est longue à faire (une dizaine de pages à remplir), pas toujours claire et les fonctionnaires qui en sont responsables sont d’un désagréable à tout casser!

Ça, c’est la version simple du congé parental. En réalité, on peut faire beaucoup plus complexe. Ainsi, les 14 mois sont à prendre avant les 3 ans de l’enfant, et il est même possible de demander à ce qu’une partie de ces mois soient prenables jusqu’aux 8 ans de l’enfant! Pour certains parents, c’est le compromis idéal pour prendre un ou deux mois au moment de la rentrée à l’école. De plus, il est possible de demander à ce que les allocations soient versées non pas sur une mais sur deux années (donc seulement 50% de l’allocation prévue chaque mois), ceci pour les parents restant plus d’un an à la maison (par choix ou non, en cas d’impossibilité de faire garder l’enfant). En effet, la loi donne 14 mois, mais selon les employeurs, il est possible de prendre plus longtemps. C’est comme ça que mon employeur me permet de prendre 18 ans de congé parental … rien que ça! On reconnaît là la politique allemande des mamans au foyer et des papas au travail … D’ailleurs, bien que de plus en plus de mamans choisissent de ne prendre qu’une seule année, il est encore mal vu en société de retravailler aussi tôt et « d’abandonner » son enfant en bas-âge, peu importe si financièrement on peut suivre ou non. Il y a à ce niveau encore beaucoup d’effort à fournir et de changements à opérer dans l’esprit des gens.

Une dernière chose, durant le congé parental, si celui-ci est payé en totalité (donc pas à 50%), il est formellement interdit de travailler. C’est aussi une raison pour laquelle certains parents choisissent le versement sur deux ans, pour éventuellement pouvoir retravailler à temps partiel plus tôt (80% autorisé, pas plus). Enfin, de nombreuses mamans sont obligées de reprendre leur travail à temps partiel, les temps de garde correspondant rarement avec un temps plein et les employeurs refusant aussi de donner trop d’heures à ces mamans qui de toute façon, sont devenues moins rentables avec l’arrivée de leur enfant (plus d’absence pour maladies par exemple).

Voilà pour cet aperçu relativement rapide, si vous avez des questions sur le sujet, n’hésitez pas à me les poser 😉