Interrail – Linz

Mauvaise expérience CouchSurfing

Mon séjour à Linz devait initialement se dérouler entièrement chez une fille de CouchSurfing. Mais la première nuit s’est tellement mal passée que je me suis littéralement enfuit dans un hôtel réservé au dernier moment. Déjà à mon arrivée, la fille m’a accueillit, très sympa, mais dix minutes après, elle était retournée sur son ordi à geeker et regarder la TV. J’ai beau eu essayer de lancer des conversations, elle restait vague dans ses réponses et n’a pas essayé de prolonger une quelconque conversation. Pour une première approche, avouez que ce n’est pas la meilleure, surtout quand après on doit cohabiter trois jours ensemble. Et comme je devais dormir dans le salon, là où nous étions, je n’avais pas la possibilité de faire autre chose que d’attendre que le temps passe. Ensuite, elle est partie faire la fête, elle m’a proposée de venir mais je tombais de sommeil, et le lendemain, j’avais un programme chargé, donc pas question d’aller danser … toute la nuit puisqu’elle n’est pas du tout revenue chez elle. Je trouve ça assez courageux de laisser un parfait inconnu seul chez soi pendant toute une nuit. Enfin seule … elle a un chat, très câlin quand il le veut. Sauf que la nuit, il voulait jouer, je me suis fait mordre et griffer quelques fois pendant que je dormais. Donc oui, la nuit fut très courte. Le lendemain matin, avec un manque de sommeil flagrant, je me suis mise en quête d’un hôtel ou d’un autre endroit où dormir pour la nuit suivante, voire celle d’après (mais là finalement je vais chez ma copine à Gmunden, et oui, encore des changements ;)). Je trouve un hôtel, je réserve et je fais mon sac. En partant, je vérifie que le chat est loin car il a des envies de fugues … Il a réussi à me suivre en dehors de l’appart et me voilà coincée dehors, sans clé, avec le chat. Et à 9h du matin, non sa maîtresse n’était pas là, mais il était fort probable qu’elle dorme encore, donc forcément, elle était injoignable. Il a fallu que j’aille sonner plusieurs fois chez des voisins pour leur donner le chat et enfin pouvoir partir visiter Linz (parce qu’à la base, j’étais là pour visiter une ville, et non être Babysitter). Très mauvaise expérience donc, et même si j’ai rencontré des gens super via CS, je n’ai dormi que chez des personnes plus décevantes. Alors je crois que pour le moment, CS et moi, c’est fini. Je préfère payer un peu et avoir un minimum de confort, d’intimité et d’indépendance.

Visite de Linz

Linz est encore une jolie ville à découvrir sur le Danube. Cependant une journée suffit pour en voir l’essentiel sans faire de visite particulière. J’ai commencé la journée en me rendant au Pöstling, une montagne à 20 minutes du centre qui permet d’avoir une vue dégagée de toute la ville et des alentours. Une fois redescendue, j’ai fait un tour dans le centre, ait visité également les deux musées gratuits de la ville : un sur l’histoire de la ville et un sur l’histoire de l’orthodontie (la dame m’a gentiment proposé cette visite gratuite, j’ai accepté, mais je n’ai pas sinon un intérêt particulier pour les dents ;)). Entre 13h et 15h je suis allée me réfugier à l’hôtel car la chaleur était tout simplement insoutenable (40° en ville), et dormir un peu aussi. Puis ensuite je suis ressortie pour faire un tour dans le centre, dans le parc du château pour finir par remonter l’allée shopping de Linz et me poser un peu dans un parc.

Rencontre avec Anita

Ma deuxième journée à Linz, je l’ai passée avec une de mes correspondantes, Anita. Elle habite Vienne mais travaillant la semaine, nous ne pouvions nous voir que le week-end, et donc étant déjà à Linz, elle est venue me rejoindre. Comme à chaque rencontre avec une de mes correspondantes, j’étais un peu nerveuse au départ, mais finalement ça s’est très bien passé et nous nous sommes très bien entendues. Ensemble nous sommes retournées au Pöstlinberg et avons visité la grotte des contes, c’était mignon comme tout. Nous sommes ensuite redescendues dans le centre pour manger et après, nous nous sommes rendues au magasin d’usine de Haribo, après avoir fait ceux d’Usèz et de Bonn, j’avais envie d’en découvrir un autre :). Mais j’ai été raisonnable et n’ai acheté que deux paquets de bonbons (de toute façon, je n’avais pas la place pour plus dans mon sac!). Et ensuite il était déjà venu le temps de se dire au-revoir, Anita de rentrer à Vienne et moi de prendre la direction de ma troisième destination : le Salzkammergut ;  et de retrouver une ancienne correspondante Marion. Mes débuts à Linz auront été assez chaotiques, mais finalement tout s’est bien terminé et j’ai également passé du très bon temps dans cette ville … avant sûrement d’autres bons moments à venir les jours prochains!

[ Photos Linz ]

CIMG4476

Publicités

9 réflexions sur “Interrail – Linz

  1. Nathalie dit :

    Je fais moi-même du couchsurfing et les très bonnes expériences l’emportent très largement sur les cas où le courant n’est pas passé. Je suis exigeante envers moi-même et envers les personnes qui m’hébergent, mais je privilégie l’humain et je reste en contact avec pas mal de couchsurfers qui m’ont accueillie et m’ont donné de leur temps.Mais je lis et j’entends de plus en plus d’expériences à demi ratées, et je trouve ça dommage, vraiment.
    Si je comprends bien, tu es partie le lendemain de ton arrivée chez la couchsurfeuse avec laquelle tu devais passer 3 jours, sans l’en prévenir. Tu es juste partie en te cherchant une chambre d’hôtel. Je trouve le procédé cavalier.
    J’ai désormais des contacts couchsurfing à Dresden, Köln, München, Bruxelles, et je les développe. Mais si j’ai un doute, je ne reçois pas.
    Quel dommage que le couchsurfing se dilue dans la masse. Je suis « pionnière couchsurfing » et j’ai quelques années au compteur, c’est peut-être pour cela que j’ai une autre approche et une autre attente.

    • audreycologne dit :

      Bien sûr que je l’ai prévenue de mon départ! Je ne suis pas mal élevée quand même! Seulement cela a du se faire par SMS vu qu’elle n’était pas là. J’aurais évidemment préféré lui dire autrement mais cela n’était pas possible vu qu’elle a plus été un fantôme qu’autre chose lors de mon passage. Mais je ne pouvais sinon pas me permettre de rester chez quelqu’un qui ne montre pas un réel respect envers moi, notamment avec le chat. J’ai moi-même un lapin, mais quand j’ai des invités, il dort avec moi ou dans une autre pièce. Jamais je le laisserai avec les invités pour les odeurs et le bruit! Avoir des odeurs de crottes de chat tôt le matin, ça n’ai de pas à commencer bien une journée… Et pourtant j’adore les chats!

  2. Nathalie dit :

    Je lis de plus en plus d’expériences couchsurfing pas terribles et je trouve que c’est vraiment dommage…Sans doute la faute à la généralisation, il y a beaucoup de gens qui couchsurfent maintenant. Et tu as raison, le maître mot c’est « respect ». Et intelligence et ouverture à l’autre, mais là c’est encore autre chose.
    Il ne faut pas dans ce cas hésiter à dire les choses, mais bon, il y a des gens qui ne voudront pas se remettre en question.
    Bonne chance pour les prochaines rencontres couchsurfing!
    J »ai couchsurfé à Köln déjà, j’ai été très bien reçue et même plusieurs fois! La Kölnerin est venue me voir chez moi, et compte même revenir l’an prochain! Cool!

  3. Nathalie dit :

    Et je vais jouer les vieilles réacs 😉 mais ta couchsurfeuse montre un comportement que je retrouve de plus en plus fréquemment: préférer l’ordinateur et le téléphone portable au contact qu’on peut avoir avec la personne que l’on a en face de soi. Plus chez les jeuens (désolée) qui sont tellement nés avec le portable qu’ils l’ont greffé sur eux-mêmes en permanence et ne savent pas l’éteindre (même pour une balade, une rando ou un repas à partager en toute convivialité).
    J’ai été très bien reçue à Bruxelles aussi, par une couchsurfeuse qui m’a parlé d’une expérience très mitigée avec une jeune asiatique. Elle la reçoit le premier soir devant un chouette repas concocté par elle. Le lendemain, elle lui montre à Bruxelles un supermarché asiatique où, lui dit-elle, « on trouve tout pour préparer un repas ».(en espérant que ça fasse « tilté dans sa tête. Couchsurfing, c’est le partage, non? Pas l’hôtel!). Le soir, la jeune asiatique monte avec un bol de nouilles (portion individuelle), demande si elle peut le faire réchauffer et redescend dans sa chambre pour chatter sur son ordi.
    Bref, couchsurfing est le résultat de ce qu’on en fait.

    • audreycologne dit :

      Voilà, je pense aussi qu’il y a malheureusement de plus en plus de gens pas vraiment intéressés qui veulent Couchsurfer pour faire comme les autres. Mais au final, ça ne fonctionne pas, ou pas avec tout le monde en tout cas. Tant pis, peut être que je réessaierai un jour, j’avoue être plus séduite par Airbnb même si c’est payant, on peut au moins s’isoler dans sa chambre quand le contact avec l’hôte n’est pas au rendez-vous (pour le coup, c’était le contraire à Vienne où mon hôte était vraiment très gentille et avait tout un tas de conseils intéressants pour Vienne et d’autres villes!).

  4. Nathalie dit :

    Airbnb je ne connais pas. J’ai entendu parler de bedycasa, c’est le même principe? Combien ça coûte par Airbnb?

  5. Vic dit :

    Sacré séjour! j’avoue que j’ai pas pu m’empêcher de rire au début.. Sinon content que les choses se soient arrangées en fin de compte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s