L’humour en Allemagne

J’ai longtemps hésité avant d’écrire cet article, et plus concrètement, cela fait plus d’un an que j’y réfléchis. Mais la raison est simple, je sais que beaucoup d’Allemands, même certains de mes amis, visitent mon blog et je ne veux pas les offenser. Je tiens aussi à éviter à ce que mes visiteurs français se fassent une image fausse de l’Allemagne suite à cet article. Pourtant, après trois ans en Allemagne, il m’apparaît comme un devoir de présenter l’humour chez nos amis d’Outre-Rhin. Venons-en aux faits.

La première chose que les Français arrivant en Allemagne se disent : les Allemands n’ont pas d’humour. Disons de façon nuancée qu’ils n’ont pas du tout le même humour que nous, à savoir ironie, second degré, etc. Entendons-nous, je connais aussi beaucoup de Français qui n’ont pas d’humour non plus. On ne peut bien sûr pas généraliser, et d’ailleurs, je connais des Allemands qui marchent très bien à l’ironie, au second degré, etc. Mais c’est assez rare.

Vous le savez certainement en lisant mon blog, j’use beaucoup de l’humour dans mes articles et dans la vie de tous les jours en général. Et je dois avouer qu’en Allemagne, je me sens assez malheureuse car nombres de mes tentatives d’humour se transforme en échec total parce que les Allemands ne le comprennent pas. Or pour moi, il est impossible d’oublier l’humour au second degré, l’ironie et toute une panoplie que nous développons en France. Le sérieux allemand se heurte parfois à ma dérision de la vie quotidienne (et franchement, prendre le quotidien avec humour, notamment tous les problèmes, ça aide beaucoup!).

Pour définir l’humour allemand, je dirais que c’est un humour direct, qui ne tourne pas autour du pot. Les caricatures du carnaval ou les dessins humoristiques que l’on peut voir dans les journaux en sont les parfaits exemples. D’ailleurs, j’avoue que je ne rigole pas forcément à cet humour, je crois que je préfère les choses plus subtiles, une vraie Française pour le coup ;).

Et une autre chose qui me fait défaut, et ce n’est qu’un malheureux constat : je n’ai jamais eu de réels fous rires en Allemagne, tout juste quelques rires longs. Seulement deux fois en trois ans les larmes me sont venues tellement j’ai ri, et c’est très récent puisque ça s’est passé au Kindergarten. Mais sinon, les bons fous rires où l’on pleure, où on a mal au ventre, et qui peuvent durer des heures, je ne les ai eus qu’avec des Français. Et ça aussi, ça me manque! J’ai même des fois l’impression que je perds l’habitude de rire et donc que le rire vient moins facilement, que je suis devenue aussi sérieuse que les Allemands. Des fois je me dis vraiment que je devrais prendre des cours de rire histoire de retrouver cette belle habitude!

Mais heureusement, j’ai des amis français avec qui il est possible de rire très facilement et même des amis allemands à l’humour très développé. Tout est une question de relation finalement, et des personnes avec qui l’on est ami :).

Publicités

5 réflexions sur “L’humour en Allemagne

  1. La Berlinoise dit :

    Comme je te comprends ! Je suis de plus en plus réceptive aux comiques allemands, même si des fois je comprends pas tout. Récemment j’ai éclaté de rire à quelques reprises devant la TV, j’étais contente ! :p C’est rare aussi que j’ai des fous rires ici, mon arme de séduction a toujours été l’humour 2e degré, jeux de mots, ambiguité, humour grivois. Ca marche moyennement ici ^^ Y’a pas lontemps j’ai réussi à faire rire un charmant jeune homme, j’étais pas peu fière 😀 C’est frustrant car je me trouve assez drôle en francais, mais en anglais et encore pire en allemand, c’est pas encore ca…

  2. pomdepIn dit :

    En Angleterre, on a une blague sur les allemands ( apparemment, elle est très connue, mais je l’ai entendue la première fois racontée par un stand-up allemand anglophone, impossible de me souvenir de son nom). Une famille anglaise adopte un bébé allemand. Tout se passe bien, mais il ne parle pas. Il grandit, et ne parle toujours pas. Les parents l’amènent chez le médecin qui ne voit rien d’anormal, l’enfant ne parle toujours pas. Pour ses 7 ans, ses parents lui font un struddel et soudain il dit « c’est un peu fade ». Cris de joie des parents qui demandent quand même pourquoi il n’a jamais dit un mot jusqu’à présent. « Parce que jusqu’à présent, tout était satisfaisant ».
    Voilà…c’est mal traduit désolée, ça fait beaucoup rire les anglais!

  3. Kissou33 dit :

    tu vas rire… la vidéo de télémagouille n’est pas visible…. en France !! si si je t’assure !!
    et pour l’humour allemand.. j’adore DIDI.. me fait trop rire lui ! (Dieter hallervorden ! )

  4. Dresden dit :

    L’humour dépend énormément des références avec lesquelles tu travailles. Pour apprécier l’humour allemand (tout comme le français/anglais..), il faut avoir une connaissance très fine et complète de leur culture: ce qu’ils regardent à la télé, leurs politiciens (surtout pour les « Kabarettisten »), les thématiques qui les intéressent… tu comprendras sans difficulté pourquoi un Allemand qui ne s’intéresse pas tant à la France ne tirera pas un sourire devant les Guignols, même si tu lui traduis! Au même titre que tu dois connaître la télé allemande sur les bouts des doigts pour apprécier « Switch Reloaded », qui peut pourtant être franchement drôle.

    Il existe des livres sur l’essai d’un « humour allemand », l’un d’entre eux porte le titre provocant « Die Deutschen – Ein Volk ohne Witz », écrit par un Allemand! Il le compare avec l’humour… français, ça ne s’invente pas.

    Je dirais qu’en France, l’humour y est vraiment vu comme un trait de personnalité universel, alors qu’en Allemagne il est plus « optionnel ». D’ailleurs il n’existe pas vraiment de comique qui soit apprécié du plus grand nombre comme Coluche en France. Certes Loriot est incontestable pour beaucoup d’Allemands, mais la jeunesse ne le connaît pas, tandis que Coluche est même connu des plus jeunes (en partie grâce aux innombrables rediffs à la télé). Leurs comiques ne font pas l’unanimité et sont spécialisés dans une « tranche » de la population: Mario Barth le gros lourdeau, Kaya Yanar le communautaire, Volker Pispers l’intello de gauche… mais pas de Gad Elmaleh, Florence Foresti, Franck Dubosc ou autres Muriel Robin qui eux ne sont pas vraiment catégorisés, plutôt « grand public ». Et j’oubliais: les Allemands ne raffolent pas des imitateurs. J’ai beau être bien renseignée, pas un seul ne me vient à l’idée, alors qu’en France tout le monde connaît Canteloup, Leeb ou autres Gerra… et l’émission semblable aux Guignols, « Hurra Deutschland », s’est arrêtée sans grand bruit (impensable si c’était les Guignols).

    Je pense que s’il est difficile de « rire » avec les Allemands, c’est parce qu’il faut les connaître vraiment très bien. Cela vaut en général pour les relations humaines: même après 5 ans, il m’est difficile de m’en faire de vrais amis, en partie parce que je mise beaucoup sur l’humour (sans doute trop), ce qui est paradoxal, car l’humour permet souvent de briser la glace. Ce qui n’empêche pas mon ex-copain, tout ce qu’il y a de plus allemand, d’être sûrement la personne la plus drôle que j’ai rencontrée de ma vie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s