Suis-je trop intégrée?

J’avoue que la question est un peu exagérée, mais c’est parfois une sensation que je ressens quand je vois mes compatriotes expat. Sensation ni négative ni positive, mais un peu une impression d’être une expat d’une catégorie différente. Pourquoi je me demande si je suis « trop » intégrée?

Tout d’abord, je n’ai pas de souci pour parler allemand. Après presque 8 ans ici, ça ne me semble pas exceptionnel et pourtant, nombre de mes compatriotes en Allemagne depuis des années ont toujours autant de mal avec la langue. Il y en a qui ont de réelles difficultés, mais il y en a aussi beaucoup qui ne font tout simplement pas l’effort ou alors qui n’ose pas et préfère passer par l’anglais, ou alors rester avec des Français pour ne pas avoir à parler allemand. De plus j’ai fais aussi des efforts au niveau de mon accent si bien qu’aujourd’hui, il n’est pas évident pour les Allemands de savoir d’où je viens, certains pensant simplement que je viens d’une autre province germanique.

De plus, j’ai un mari et des amis allemands. Ça peut paraître banal, mais pourtant quand j’ai rencontré mon mari, beaucoup ont été surpris qu’il soit Allemand (car c’est bien connu, rencontrer un Allemand en Allemagne, ça relève de l’exploit!). Et c’est vrai que beaucoup d’expatriés célibataires rencontrent un conjoint de la même nationalité qu’eux, ou alors d’une autre, mais pas un Allemand. Quant aux amis, même refrains, beaucoup d’expat se dirigent visiblement plus facilement vers les autres expats de la même nationalité ou alors d’autres pays, mais moins les autochtones (et beaucoup s’empresseront de dire que c’est la faute aux Allemands qui ne sont pas ouverts alors qu’ils n’ont même pas fait la démarche d’aller vers eux). pour ma part, ce n’est ps que je fuis les autres expats, au contraire, j’adorerai en connaître plus, mais dans ma ville, les Français et autres expatriés sont rares et je n’ai pas la possibilité de me rendre souvent à Cologne.

Enfin un dernier point qui me saute souvent aux yeux : je ne pense pas au retour. Il semblerait qu’être expat, c’est penser un jour à revenir « chez soi », mais moi, ce n’est pas dans mes projets. Non pas que je n’aimerais pas, mais ma vie est désormais ici et revenir vivre en France serait une nouvelle expatriation pour moi comme pour ma famille.

Je ne juge personne et ne cherche pas à me « vanter » de faire les choses « mieux » (ou plutôt « autrement »), chacun vit son expatriation comme il le souhaite et je sais que nombre de mes collègues expats « moins » intégrés sont tous aussi heureux que moi d’être ici. Le plus important dans ces cas-là, c’est de ne pas tomber dans les clichés tels que « les Allemands sont froids » comme j’ai pu l’entendre de la part de Français qui n’ont absolument pas essayé de rentrer en contact avec les Allemands sur place.

En tout cas, je reste Française sur pas mal de choses et cette petite illustration me représente aussi beaucoup (surtout la dernière partie 😀 )! Alors peut être que je suis une vraie expat comme tous les autres, imprégnées de deux cultures!

Publicités

14 réflexions sur “Suis-je trop intégrée?

  1. anne35blog dit :

    C’est formidable que tu arrives a parler allemand si bien! peut-être étais-ce ta deuxième langue au collège,moi c’était l’espagnol que j’ai presque oublié…

  2. lamarmottevoyageuse dit :

    J’ai pas de mari (ni de chéri) allemand mais tous mes ex à Berlin étaient allemands ou en Allemagne depuis longtemps, le reste un peu comme toi, j’ai quelques amis avec qui on discute encore en anglais, plus par force d’habitude, mais ces dernières années, je converse presque exclusivement en allemand avec mes amis. Ça fait plus de 7 ans que je suis ici et je me vois plus comme immigrée qu’expat car pour moi expat = temporaire et je n’ai aucune intention de partir. Mais bon quand je laisse échapper un « putain », je peux pas nier… ^^ Ou que je reviens de la boulangerie avec croissants et baguette… Quand c’est croissants et brezel je trouve que c’est une bonne combinaison 😀 Et je compte demander la nationalité allemande. Quand je voyage et qu’on me demande d’où je viens, j’ai tendance à bloquer, donc je dis France et Allemagne…
    Personnellement je ne comprends pas les gens qui vivent dans un pays sans faire l’effort d’apprendre la langue locale et qui cherchent tout le temps la compagnie de personnes de leur pays d’origine… J’en ai connu (différentes nationalités) qui passaient leur temps à se plaindre de l’Allemagne, des allemands, qu’ils voulaient rien avoir à faire avec des allemands… je comprends pas pourquoi ils sont là, enfin pourquoi ils restent… Enfin bref, tu n’es pas la seule à être bien intégrée 😉

    • audreycologne dit :

      C’est exactement ça, je connais aussi trop de Français (ou autres), qui ne font aucun effort et qui critiquent les Allemands sur des choses qu’ils n’ont pas pu juger vu qu’ils restent dans leur bulle. Avec ces gens là, certains clichés faux ont encore de très bons jours devant eux!

  3. véronique dit :

    Bonjour Audrey, un plaisir de recevoir tes news, et là je suis tout à fait d’accord, je me considère pas expat car je veux rester en Allemagne, mais je suis toujours française pour les spécialités culinaires, le fromage de ma région (cancoillotte, comté…) , la baguette parisienne et religieuse. Pour ma part c’est l’allemand le plus dur, car cours un peu couteux et peu de temps en raison de mon boulot à la maison je n’ai pas beaucoup de contact avec l’extérieur hélas, juste quand je suis dans le train ou pour mes courses. Je suis ici depuis 20 mois, en fait mon meilleur moyen de parler par message c’est en jouant au scrabble en allemand. Il va falloir que je trouve un club à Karlsruhe

    • audreycologne dit :

      C’est déjà un bon début le scrabble 🙂 Je te souhaite bon courage pour la suite de ton apprentissage, c’est vrai que quand on manque de temps, c’est d’autant plus difficile de progresser

  4. Naela dit :

    Super article. Mais cet article m’a quand même poussée à réfléchir sur deux points:
    Quand tu es expatrié de l’Europe de l’Ouest ou de l’Amérique du Nord, cette pression d’integration venant de la population autochtone est moins forte que pour un expatrié venant d’un pays du Sud.
    Je trouve cela injuste et discriminatoire, que les citoyens de pays du sud migrant en Allemagne soient appellés immigrants tandis que les français sont désignés comme des expatriés. Tu es partie par amour pour l’Allemagne, pour découvrir ce nouveau pays sans savoir à quoi t’y attendre. J’ai effectué ce même mouvement migratoire après mon baccalauréat en Afrique. Mais je suis appelée une immigrée alors que je suis venue pour la même raison qu’une française: par amour de ce pays.
    Mais pourquoi ? S’agit-il de classifier les gens en êtres supérieurs et inférieurs ? J’en sais rien.

    De plus, en étant une femme blanche, tu peux facilement te faire passer mais une locale. Mais qu’en dire des Noirs allemands nés en grandis ici qui se font toujours rappeler d’où ils viennent et qui doivent toujours justifier leur présence ?

    • audreycologne dit :

      Je sens dans ton commentaire beaucoup de rancœur et je n’ai nullement envie de rentrer dans un débat qui n’a pas sa place ici et que je ne trouve d’ailleurs pas approprié, connaissant de nombreuses personnes de couleurs noires parfaitement intégrées et qui n’ont pas à se justifier sans cesse comme tu le dis. Ils sont Français ou Allemands et on leur demande rarement plus, et il y a ceux qui en disent tout de suite plus sur leurs origines car ils en sont fiers et qu’ils ont envie de le partager. Et puis moi aussi j’ai toujours à me justifier de mes origines (surtout que même si je suis « blanche », je n’ai pas le physique typique d’une Française donc il arrive qu’on insiste sur mes origines, rien de méchant pourtant), du pourquoi je suis là, etc. Les gens s’intéressent juste sans juger et je ne le prend pas mal. Ça dépend surement des régions mais ce « problème » n’existe pas vraiment ici.

  5. missnounours dit :

    C’est cool que tu sois bien intégrée en Allemagne car effectivement ce n’est pas forcément chose aisée. Après c’est vrai que bien parler la langue du pays est un gros plus pour une bonne intégration. Je ne sais pas si tu lis le blog de die franzoesin mais elle, aussi elle raconte sa vie en Allemagne mais je trouve intéressant de lire ton témoignage et le sien sur la vie chez nos amis du Rhin ^^.

  6. Jürgen dit :

    Le seul moment où tu seras « trop » integré c’est le moment où tu oublies tes racines francaises. Mais je ne pense pas que tu dois avoir ces soucis-là. Ta famille connait le meilleure (et le pire) des deux mondes…

  7. Magalie dit :

    Le terme « expat » est me semble-t-il plutôt réservé aux personnes qui « bougent » vers un autre pays en raison d’une promotion professionnelle et cela que pour un temps bien déterminé. Ces personnes « expats » pensent donc forcément au retour, car cette expatriation n’est qu’une étape dans leur vie pro (et perso de facto). Donc ne culpabilise pas de ne pas penser au « retour », tu n’est apparemment pas sur le même schéma. Et ne pas y penser, prouve que tu vis là où tu te sens bien, et ça, ça compte, que l’on soit dans son pays (sa région) de naissance ou pas! Bon WE de Pâques Audrey.

  8. Carine dit :

    Je pense qu’il y a des gens « littéraires » pour lesquels les langues sont plus faciles à apprendre et… il y a aussi les matheux qui sont logiques de naissance!! Moi je suis de la 1 ère catégorie 😉😉. Et c’est confirmé quand je dois aider Norline pour ses devoirs. Le français, l’anglais et l’espagnol me reviennent très vite alors que les maths 😞☹☹☹ . Et il y a certainement aussi ceux qui sont les 2 à la fois!!

  9. Eva dit :

    Je dirais qu’il y a des gens fait pour les langues et d’autres non. Moi j’aime les langues, j’en ai toujours été passionnée. Au Japon, je n’ai plus l’occasion de pratiquer mon anglais et mon espagnol, je rouille, ça me fend le cœur, heureusement qu’il y a les films en VO pour aider un peu a ne pas tout oublier^^
    Pour ton accent c’est un beau compliment de la part des Allemands s’ils pensent que tu viens juste d’une autre province du pays 😉 A l’étranger, même si on parle notre deuxième langue tous les jours, faut quand même l’entretenir au jour le jour. Moi avec le japonais, pas une semaine ne passe sans que j’apprends un nouveau mot au détour d’une conversation.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.