7 ans en Allemagne

Voilà 7 ans que je suis arrivée en Allemagne à Cologne. Je me souviens encore très bien de cette journée de départ, partagée entre excitation, angoisse, tristesse, appréhension, un peu tous les sentiments qui peuvent habiter un être humain!

Je me revois encore, à la descente du train, accueillie par ma colocataire de l’époque, débutant cette nouvelle vie dont je ne savais trop quoi attendre. J’étais prête pour m’expatrier, c’était mon plus grand souhait, mais ma nouvelle vie future était floue. D’ailleurs, celui qui vous dira qu’il ne ressent rien à un changement de vie aussi radical est un menteur! Personne ne peut savoir à l’avance comment va se dérouler sa vie, encore moins quand elle change. Un peu comme l’arrivée d’un enfant, on en a beaucoup entendu parlé, mais tant qu’on ne l’a pas vécu soi-même, on ne sait pas.

Ma 7e année en Allemagne aura été la plus intense émotionnellement parlant puisque c’est l’année où je me suis mariée, deux fois même! Mais avec le même homme, rassurez-vous 😀 Mais surtout, je vous l’ai annoncé il y a peu sur Facebook, ces dernières semaines ont été le théâtre du plus grand bouleversement qu’un couple puisse connaître puisque nous attendons notre premier enfant pour janvier 2018!

Inutile de vous dire que cette 8e année à venir va être riche en émotion et surtout, à son terme, je pourrais faire une demande de naturalisation allemande! La question de la naturalisation, je me la pose depuis longtemps. J’ai très vite été pour avoir une double nationalité, d’abord par amour de l’Allemagne, et désormais, pour avoir en plus les mêmes droits que les Allemands. Pour voter bien évidemment, mais aussi de manière générale car, en tant que non-Allemande, j’ai moins de droits que mon mari sur nos enfants par exemple, même en étant la mère (les Allemands gardent en eux la notion de « sang allemand »). C’est un long sujet dans lequel je ne rentrerai pas plus en détails pour le moment, mais c’est une des motivations qui me poussent aussi à devenir Allemande.

Publicités

Devenir maman en Allemagne

Comme vous avez pu le voir sur la page Facebook il y a quelques jours, je vais devenir maman dans les prochains mois :). L’occasion pour moi d’aborder un nouveau sujet sur ce blog : la grossesse en Allemagne et plus tard, être maman. Pour ce premier article sur le sujet, je ne vais pas trop rentrer dans les détails, la grossesse en Allemagne est un sujet particulièrement vaste et on a vite fait de s’y perdre ;).

Le suivi de grossesse

De manière générale, la prise en charge de la grossesse est très suivie en Allemagne, nombres de Françaises  ayant eu une grossesse en France et une en Allemagne vantent les mérites de l’Allemagne en la matière. Et c’est vrai qu’une fois enceinte, on est suivi à la loupe! Ici, pas besoin de faire une prise pour confirmer la grossesse, il faut directement prendre rendez-vous chez son gynécologue qui fera une première échographie de confirmation. Donc au contraire de la France où la plupart des futures mamans doivent attendre l’échographie du premier trimestre aux alentours de la 12e semaine pour voir leur bébé, en Allemagne, on peut le voir dès la 6e semaine. Ensuite, c’est un rendez-vous par mois pour le suivi de grossesse avec à chaque fois prélèvement d’urine, contrôles de la tension et du poids ainsi que divers contrôles en fonction du mois, tout cela souvent réalisé par une assistante médicale. Et bien sûr, passage dans le bureau du gynéco pour une éventuelle échographie et questions sur le déroulement de la grossesse. En Allemagne comme en France, il y a trois échographies automatiques ainsi que celle pour confirmer la grossesse. Il est possible de faire faire plus d’échographies, mais cela est payant. Car là encore, les soins allemands restent fidèles à eux-mêmes, un service minimum, et le reste est à vos frais. Ainsi, pour le dépistage de la trisomie 21, il s’agit d’une échographie extra, donc payante. Eh oui. Attention, pour les grossesses qui présentent des risques, ces examens extra sont pris en charge par les assurances maladies, pour les autres, c’est le porte-monnaie qui paie. Et c’est rarement donné (environ 80€ pour l’examen pour dépister une éventuelle trisomie 21).

La grossesse et le travail

Une autre très grosse différence d’avec la France, c’est le rapport au travail de la femme enceinte. La Loi interdit à tous les employeurs de faire faire des heures supplémentaires, du travail de nuit ou des travaux particulièrement physiques ou dangereux aux femmes enceintes. De plus, et c’est là qu’est la différence majeure, selon les catégories de métiers, les femmes enceintes doivent passer des examens sanguins particuliers pour savoir si elles peuvent continuer à exercer leur métier en toute sécurité. Cela concerne entre autres les métiers de soin, les métiers où il y a un contact avec les animaux et … les métiers où il y a un contact avec les enfants! J’ai du donc moi aussi faire ses examens et  manque de chance, je ne suis pas immunisée contre deux maladies infantiles dangereuses pour le futur bébé. Les conséquences sont simples : j’ai une interdiction de travailler pour toute ma grossesse! Je suis donc à la maison pour les mois à venir, payée à ne rien faire. Ça en fait râler beaucoup, encore plus sont jaloux, mais personnellement, ça ne m’amuse pas du tout. Je suis quelqu’un d’actif et le contact avec les collègues et les enfants me manquent beaucoup.

J’aurai l’occasion de revenir sur ce sujet dans les mois à venir et de vous en apprendre un peu plus certainement, en attendant, si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les poser, je me ferai un plaisir d’y répondre et cela pourrait m’orienter pour l’écriture des prochains articles 🙂

Les questions préférées des étrangers aux français

Depuis que je vis en Allemagne, il y a des questions que j’ai particulièrement souvent entendues de la part des Allemands (et autres étrangers de manière générale) quand ils entendent que je vient de France/de Grenoble. Pour vous, voici un best-of de ces questions parfois assez insolites! Vous le verrez vite, les clichés ont la vie dure!

  • Tu aimes le fromage? Tu as déjà mangé des grenouilles?

De toute évidence, le savoir culinaire français reste LE sujet préféré des étrangers qui admirent notre cuisine et en même temps la redoutent avec nos quelques curiosités bien à nous!

  • Tu sais cuisiner français?

Dans la poursuite des questions précédentes, ceux qui répondent « oui » à cette question sont vus comme des messies et les interlocuteurs ont soudain l’espoir inespéré de pouvoir un jour eux-mêmes goûter à cette divinité. Si vous faites un jour face à cette situation, rien de bien compliqué, cuisinez une quiche lorraine et vous serez déjà un génie de la cuisine!

  • Tu fais du ski?

Oui, Grenoble = ski, c’est connu, les Grenoblois sont 7j/7, 24h/24 sur leurs skis, toute l’année. Je peux vous dire que la déception est visible sur le visage de ceux qui ont posé cette question quand je leur réponds que je n’ai pas fait de ski depuis bien longtemps car pas le temps (c’est possible ça?? on n’a pas congé tout l’hiver pour le ski??) et pas les sous. Et en plus maintenant, en vivant en Allemagne, j’aurais du mal à me faire 2000 km aller-retour chaque week-end (un détail que les Allemands oublient vraiment!).

  • Il y a beaucoup de neige à Grenoble ? Il fait tout le temps froid?

Oui, en fait, on vit dans des igloos toute l’année, il arrive même que des ours polaires se baladent dans les rues les soirs d’hiver. En été, on atteint difficilement les 0 degrés. Mais on le vit bien … Bref, c’est ma question préférée je crois!

  • Mais pourquoi tu es partie? C’est trop beau chez toi (les Alpes)?

Oui, c’est magnifique, mes montagnes me manquent énormément, mais je n’ai pas encore trouvé la recette pour vivre d’amour et d’eau fraîche. Et malheureusement, en France, j’aurais une situation économique pitoyable de même que mon mari du fait de nos expériences et diplômes uniquement reconnus en Allemagne (qui a parlé de l’ouverture des frontières et de la facilité de mouvement professionnel dans l’UE?). Alors les Alpes, pour le moment, ça reste une destination de vacances.

  • Tu vas apprendre le français à tes enfants quand même? Ça serait un sacré plus pour tes enfants!

Alors, petit rappel, je suis Française, ma langue maternelle est le français, ma famille entière est française, tous ne parlent que français, pour quoi au diable je n’apprendrais pas le français à mes enfants??? Au delà de l’avantage bilingue, c’est avant tout pour qu’ils puissent communiquer avec leur famille et parce que c’est ma culture! Comment pourrais-je ne pas transmettre ma culture alors que c’est dans mes veines?

Voilà pour cette petite compilation. Il y a certainement d’autres questions que j’oublie, en terme d’originalité, tous se donnent du mal pour se rendre intéressant!

Notre mariage franco-allemand

Notre année mariage (en Allemagne) étant désormais terminée, j’en profite pour vous faire un petit résumé de chaque partie.

Le Polterabend

Nous avons longtemps hésité à faire un Polterabend. Partagés entre l’envie de faire cette tradition et le fait qu’encore 3 autres fêtes de mariages étaient à venir et à préparer, nous avons à plusieurs reprises fait la girouette. Finalement, nous nous sommes lancés et se fut une très bonne décision. En plus de faire cette tradition d’avant mariage allemande, c’était en plus l’occasion pour nous d’inviter nos collègues et autres connaissances non invitées au mariage pour célébrer avec eux cet événement.

Dans la plus pure tradition, notre Polterabend s’est déroulé devant la maison familiale, en l’occurrence devant chez mon beau-père. Ce fut sans grand chichi comme cela se fait, mais je me suis permis quelques petits plaisirs avec une décoration élaborée et diverses petites animations dont on me reparle encore! Les Allemands ne sont pas prêts d’oublier ce Polterabend aux accents français!

Durant cette soirée, peu de vaisselle a été cassée mais sachant qu’il est d’usage de renverser le container pour donner l’occasion aux futurs époux de balayer encore plus, nous avons eu suffisamment de quoi travailler avec 4 renversements!

aperçu des débris de notre soirée

Le civil

Quelques jours après le Polterabend suivait notre mariage civil. La préparation du dossier n’a pas été aussi compliquée que ce que je craignais, par contre, celui-ci nous a coûté une petite fortune! Comme je vous le disais ici, le mariage en Allemagne est payant. Nous nous sommes mariés en semaine, nous n’avons pris aucun extra, et pourtant nous avons du débourser la jolie somme d’environ 450€ rien que pour le dossier!

Passé ce « détail » économique, nous avons célébrer notre mariage en petit comité. La journée a commencé par la cérémonie qui nous a uni pour la vie. A notre sortie de la mairie, deux jolies surprises nous attendaient : tout d’abord une haie de parapluies portés par les membres de notre association ; puis quelques enfants de mon Kindergarten ainsi que ma chef et une de mes collègues, et encore quelques autres amis.

La CÉRÉMONIE laïque

Quelques mois après notre union civile en petit comité, nous avons remis ça entourés de nos familles et amis. Nous avons célébré notre cérémonie laïque et organisé notre réception au Glessener Mühlenhof (un moulin) où nous avons été merveilleusement bien accueillis! N’hésitez pas à aller y faire un tour, on peut visiter le domaine (une ferme avec nombreux animaux, moulin et anciennes granges) en tant que particulier, ça en vaut le coup ;).

Ce mariage, nous l’avons organisé de A à Z (cérémonie faite maison, déco entièrement faite main, déroulement, animations, nous n’avons rien laissé au hasard). La journée et la soirée se sont déroulées sous une chaleur écrasante et tout s’est très bien passé! Maintenant, la tête pleine de jolis souvenirs, nous regardons déjà vers l’avenir et de nouveaux projets qui nous tendent les bras et dont j’espère pouvoir bientôt vous parler ;).

Mes regrets d’expatriée

Voilà un titre qui peut paraître un peu choc par rapport à tout ce que j’écris ici depuis le début de mon expatriation. Je n’ai en effet jamais évoqué le moindre regret, au contraire, j’ai même écrit que si c’était à refaire, je le referais! Alors en quoi des regrets?

Je voulais plus vous parler de regrets au sens général, de choses que j’aurais aimé vivre en tant qu’expat, que je vivrai peut être un jour qui sait? Dans tous les cas et a priori, de rêves d’expatrié.

Tout d’abord, j’aurais aimé être une expat en série! Vivre plusieurs expatriations, dans plusieurs pays, découvrir plusieurs cultures et plusieurs langues, m’enrichir de ces découvertes et pouvoir voyager encore plus. Si j’avais pu, j’aurais bien évidemment aimé vivre en Autriche, voire en Suisse. Un pays des Alpes et de langue allemande, c’est mon idéal! Si j’avais choisi un autre pays, je pense que je serais quand même restée en Europe (c’est une forme de sentiment de sécurité, de « proximité » d’avec ma famille).  Le défi aurait déjà été sacrément gros! Vivre dans un pays dont je ne parle absolument pas la langue, c’est un sacré challenge que j’aurais relevé avec plaisir, et ceux même malgré les difficultés énormes à venir!

Un autre de mes regrets, c’est d’avoir rencontré de nombreux expats. J’adore faire de nouvelles connaissances et ce mélange de culture est vraiment top! Mais la plupart des expats ne restent malheureusement pas, et c’est là mon regret, de nombreuses amitiés nées à Cologne et qui s’atténuent voire s’arrêtent une fois que les personnes rentrent ou partent ailleurs. Je crois que cela fait partie aussi de la vie d’un expatrié, ces rencontres qui vont et viennent, ces amitiés « d’un jour ». Ceci dit, j’adore toujours autant rencontrer des expats et connaître leur parcours :).

Plus qu’un regret, un de mes souhait serait de pouvoir mettre en pratique mon expérience d’expatrié pour aider les nouveaux expats/réfugiés. peut être qu’un jour, je trouverai un emploi dans cette « branche » qui est en plein boum en ce moment, mais pour le moment, je n’ai pas envie de quitter mon emploi. Alors ce souhait est remis à plus tard :).

Au final, ces quelques regrets, je ne les regrette pas. D’abord je ne suis pas du genre à vivre avec des regrets, et en plus, je suis du genre à avoir 1000 rêves à la fois, et les rêves, ça fait aussi du bien quand ils restent des rêves 🙂

sexpatrier