Comment travailler dans un Kindergarten

Je reçois régulièrement des emails de personnes intéressées par le travail en Kindergarten qui souhaitent notamment savoir quelles sont les conditions d’accès à ce domaine. Alors je crois qu’il est temps de faire un article complet sur le sujet!

En Allemagne, l’accès au Kindergarten est réglementé et pas n’importe qui peut y travailler! La base pour être éducatrice, c’est d’avoir une Ausbildung comme Erzieherin ou Kinderpflegerin (assistante maternelle, en voit de suppression). De plus, sachez que les diplômes français du types BTS, CAP and co ne sont pas reconnus en Allemagne! Travailler en Kita avec un tel diplôme vous sera bien souvent impossible, même si les exceptions peuvent exister.

Du fait du manque cruel de personnel dans les Kindergarten et du besoin constant de personnes spécialisées, ceux-ci commencent à ouvrir leurs portes aux personnes ayant fait des études, licence ou master (quoi qu’un détenteur de master est déjà largement sur-diplômé pour ce travail), soit de Erziehungswissenschaften (sciences de l’éducation) soit de (Sonder)Pädagogik (pédagogie – spécialisée). Pour ma part, j’ai une licence française de sciences de l’éducation que l’Etat allemand ne reconnait pas comme l’équivalence exact de Erziehungswissenschaften, mais s’en rapprochant. Certains Kindergarten peuvent pinailler et vous dire qu’une telle non-reconnaissance ne leur convient pas. D’autres, là où je suis passée, ont été un peu plus ouverts d’esprit.

Ces diplômes cités ci-dessus sont les seuls moyens officiaux pour accéder à un poste dans un Kindergarten. Si vous avez un autre diplôme, attendez-vous à devoir passer votre chemin. Cependant, il existe pas mal d’exceptions, notamment les Kindergarten franco-allemand m’ont l’air plus « laxistes » sur leur mode de sélection et reconnaissent aussi les diplômes français. Mais le meilleur moyen de pouvoir travailler en Kita est d’avoir soit la Ausbildung, soit une licence allemande, voire une pseudo équivalence (comme ce que j’ai)!

Je ne suis même pas sûre qu’une expérience professionnelle significative dans le monde de la petite enfance à l’étranger soit reconnue. En tout cas, pas chez tout le monde, j’ai pas mal de connaissances qui ont une expérience avec des enfants de moins de 6 ans dans leur pays d’origine mais qui n’ont pas le droit de travailler en Kindergarten car ils n’ont pas le diplôme ou l’équivalence requise. D’ailleurs, si un jour je venais à devoir revenir en France, il me serait très compliqué de travailler à l’école maternelle malgré mon expérience. Ce manque de reconnaissance des parcours professionnels marchent malheureusement dans les deux sens.

Par ailleurs, le tout nouveau master français « Métiers de l’enseignement » n’est absolument pas reconnu en Allemagne! Ce master est uniquement pour devenir prof en France alors qu’en Allemagne, il faut un Lehramt, des études spécifiques pour devenir professeur. Dans les deux cas, ce sont des études tellement spécifiques qu’elles ne sont pas reconnues à l’étranger. La preuve, ma licence française pourrait me permettre en France de continuer dans la voie pour devenir professeur, en Allemagne, je n’aurais pas d’autre choix que de tout recommencer à zéro.

Voilà en gros pour les requis pour être éducatrice. Si vous avez d’autres questions, n’hésitez surtout pas à me les poser, je compléterai cet article ;).

Publicités

Où vivre à Cologne

Une des questions que je reçois le plus de la part de futurs expats, c’est de savoir où vivre à Cologne. Il est vrai que lorsqu’on ne connait pas une ville, il est difficile de savoir où s’orienter, encore plus dans une grande ville comme Cologne. Alors voici un petit guide des quartiers de la ville pour vous aider dans vos recherches.

Les quartiers

La ville est divisée en 9 quartiers, chacun divisé en sous quartiers. Je ne vous parlerai principalement que des quartiers, les sous-quartiers n’ont généralement pas de grosses différences entre eux.

  • Innenstadt : le quartier du centre, idéal, mais le plus cher, bien entendu. De plus, il est aussi assez bruyant vu que c’est celui qui est le plus actif . Donc je ne vous conseillerais pas de chercher dans ce quartier en priorité. Cologne offre d’autres quartiers plus sympa et tous aussi bien desservis.
  • Ehrenfeld : c’est le premier quartier où j’ai vécu, quartier dynamique, apprécié des jeunes pour ses nombreuses possibilités de sorties, les prix ont du coup pas mal augmenté et Ehrenfeld est un des plus cher de la ville désormais. Donc vous pouvez vous orienter vers Ehrenfeld pour un appartement, mais ne négligez pas les autres quartiers où vous pouvez dénicher de meilleures occasions.
  • Nippes : un autre très beau quartier, un peu moins cher, beaucoup apprécié des étudiants et des jeunes familles.
  • Lindenthal : c’est le quartier de l’université et donc étudiant par conséquent. Il est très agréable à vivre avec beaucoup de nature et des logements à prix abordables.
  • Rodenkirchen : c’est le dernier quartier où j’ai vécu (à Bayenthal plus exactement). Les prix y sont un peu élevés par rapport à la moyenne de Cologne, mais la vie y est vraiment agréable. Familiale, tranquille avec quand même pas mal de possibilité de sorties et d’excursions dans la nature, ça reste mon quartier préféré. Le sud de Rodenkirchen est éloigné du centre mais beaucoup de familles avec enfants y habitent, c’est donc le quartier résidentiel par excellence.
  • Porz : un quartier un peu mal aimé car loin de tout, les logements y sont du coup a de bons prix et la vie y est très tranquille.
  • Kalk : un des quartiers les moins apprécié de Cologne, pas très beau, habité par beaucoup de cas sociaux et donc où la sécurité n’est pas à son meilleur niveau. Les logements y sont bons prix mais je vous conseillerais quand même de chercher ailleurs.
  • Mülheim : mon deuxième quartier. Un autre quartier mal aimé, la sécurité n’est pas non plus idéal, beaucoup de cas sociaux, mais il y a quand même quelques rues plus fréquentables et les logements sont à des prix abordables. Pas mal d’étudiants habitent ici aussi. Alors pourquoi pas, mais il faut vraiment trouver le bon coin.
  • Chorweiler : le quartier des cas sociaux car les prix y sont le plus abordables, mais c’est aussi le quartier où il y a le plus de problèmes, alors quartier à éviter si possible!

Où chercher?

Il existe plusieurs sites Internet où vous pourrez chercher une collocation ou un appartement, voici quelques adresses pour vos recherches:

  • Wg-Gesucht
  • Studenten-wg
  • Ebay Kleinanzeigen
  • Immoscout24

1024px-Cologne_subdivisions.svg

Travailler dans un Kindergarten

Je reçois souvent des questions sur mon travail en Kindergarten, c’est pourquoi je voulais faire un article général sur ce travail, histoire de vous en dire plus sur ce que je fais et aussi histoire de remettre quelques pendules à l’heure, car beaucoup imaginent que travailler avec des enfants, c’est à peu près l’équivalent de vacances sur une île paradisiaque.

Le travail en Kindergarten, c’est…

Les activités avec les enfants : jouer, apprendre, chanter, faire du bricolage, du dessin, de la pâte à modeler, du sport, aller dehors par tous les temps, faire du jardinage, de la cuisine, de la musique, danser.

Le quotidien (dont la propreté, le plus important) : donner à manger, les faire dormir, les habiller et déshabiller, changer les couches, laver les pipis et cacas, les vomis parfois, moucher les nez, balayer les sols plusieurs fois par jour, tomber malade tous les mois mais venir quand même travailler, le dialogue (parfois de sourd) avec les parents, le travail collectif avec des collègues qui sont parfois peu coopératifs, des chefs exigeants qui en attendent toujours plus.

L’éducation : se répéter sans cesse, rester patient, faire attention que certains ne fassent pas de mal aux autres, que certains ne se sauvent, apprendre la politesse qu’ils désapprennent à la maison.

La paperasse : remplir plusieurs documents de plusieurs pages sur chaque enfant pour suivre son développement, lire et se tenir informer des recherches sur les enfants, remplir d’autres documents pour les enfants ayant des difficultés ou les préscolaires.

En gros, une montagne de choses à faire pour beaucoup trop peu de temps! Et surtout, peu de temps à accorder à toute la paperasse, il faut malheureusement sacrifier le temps avec les enfants. Être éducatrice, c’est donc être institutrice, femme de ménage, cuisinière, réparatrice de joujous, médecin et infirmière, jardinière, sportif professionnel, magicienne, lectrice, écrivaine, dessinatrice, créatrice. Et aussi, c’est avoir 10 bras et 10 jambes, avec 3 têtes et 10 paires d’yeux et d’oreilles.

La structure d’un Kindergarten

Les Kindergarten accueillent de plus en plus des enfants ayant moins de 3 ans. Il existe en Allemagne trois formes de groupes : les groupes 0-3 ans, avec trois éducatrices et une dizaine d’enfants ; les groupes 2-6 ans (le groupe où je suis) avec trois éducatrices et plus de 20 enfants ; les groupes 3-6 ans avec deux éducatrices et plus de 20 enfants. Autant dire que les groupes débordent et que cela va aller toujours de pire en pire (ou plutôt de plus en plus).

illustration_6_1023

Les conditions de travail

25 ou 30 jours de vacances par an, pas plus! Non, ce n’est pas une école et par conséquent, il n’y a pas de vacances scolaires. Beaucoup de Kindergarten ferment deux ou trois semaines l’été ainsi qu’à Noel, mais ce n’est pas une obligation.

39-40h de travail par semaine, sans compter les temps de préparation éventuels à la maison et les heures supplémentaires qui s’accumulent de mois en mois.

Un salaire qui varie entre 1700 et 2000€ brut pour les débutants, autant dire peu pour toutes les tâches à accomplir. Certains Kindergarten remboursent certains frais de déplacement, mais ça reste rare et de toute façon, ça ne couvre pas entièrement les frais réels de déplacement.

Si tout cela ne vous effraie pas, alors vous pouvez travailler en Kindergarten, mais n’y allez surtout pas en pensant vous tourner les pouces! Ou en comparant avec le système français de l’école maternelle. Je pense que vous avez déjà pu constater qu’il existe de grosses différences entre les deux systèmes. Et si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à me les poser ;).

Chansons

Un petit retour en enfance pour terminer cet article avec une nouvelle Playlist Deezer que je vous ai préparée pour vous présenter les chansons que nous chantons avec les enfants en Allemagne. Il y en a pour toutes les occasions : anniversaires, saisons, berceuses, fêtes, etc. Peut-être en connaissez-vous certaines ;).

-> Retour en enfance ici <-

Je vous renvoie à ces articles où j’avais déjà parlé du travail en Kindergarten : Kita1, Kita2.

welcome_to_kindergarten

S’expatrier en Allemagne

Ça y est, c’est officiel, vous allez vivre en Allemagne! Voici une liste de conseils pour vous aider dans votre départ et votre arrivée. Si vous avez des questions ou d’autres conseils à apporter, n’hésitez pas à me le signaler.

Rechercher un appartement

L’étape la plus importante avant ce départ est de trouver un logement. Si vous partez seul(e), la collocation peut être une solution, elle vous permettra en plus de rencontrer des gens sur place et de pratiquer la langue. En plus, dans une collocation, vous avez généralement moins à faire car beaucoup de formalités sobt déjà réglées (électricité, Internet, meubles, etc.)

Vous pouvez aussi opter pour la vie dans votre propre appartement. Et pour trouver la perle rare, ne négligez aucune possibilité. Les sites internet (tels que immoscout, kalaydo), les petites annonces dans les journaux, les réseaux sociaux, le bouche à oreille, tout est bon pour trouver votre nouveau chez-vous.

Lors de la recherche de logement, faîtes attention à ne pas prendre un appartement avec provision. Il s’agit en effet de frais généralement aussi chers que la caution qui vont directement dans la poche de l’agence (une sorte de frais d’agence, mais toutes ne le demandent pas.) Les provisions devraient cependant ne plus être autorisées d’ici l’année prochaine.

Un autre point à prendre en compte : les appartements sont rarement équipés, ce qui veut dire pas de meubles mais également pas de cuisine. Cependant, vous pourrez racheter la cuisine à la personne vivant actuellement dans l’appartement. Les gens s’encombrent rarement de la cuisine pour le déménagement.

Une fois un appartement trouvé, le propriétaire ou l’agence vous demandere une multitude de documents, dont une Schufa. Il s’agit d’un indice qui prélèvent des informations partout où cela est possible pour savoir qui est un bon payeur ou non. Certains propriétaires le demandent eux-mêmes à l’organisme qui s’en charge mais souvent c’est au potentiel futur locataire de le demander (et de le payer car oui, ce document est payant).

L’arrivée en Allemagne

La première chose que vous devrez dans les deux semaines suivant votre arrivée, c’est d’aller vous déclarer à la mairie pour faire l’Anmeldung (où vous donner votre nouvelle adresse, quelques renseignements divers ainsi que votre religion s’il y a lieu). Pour les membres de l’UE, il n’est pas nécessaire d’avoir un permis de circulation. Cependant, ce permis appelé Freizugigkeitsbescheinigung est parfois demandé même aux résidents de l’UE. Donc demandez-le lors de votre inscription. Pensez à regarder sur le site internet de la mairie les documents qui sont à fournir pour l’obtenir.

Une fois les formalités de l’Anmeldung, il est temps de passer à l’étape suivante, à savoir l’ouverture d’un compte en banque, le choix d’un forfait téléphonique ou d’une carte prépayée, etc.

Pour les travailleurs, il faudra vous rendre au Finanzamt afin d’obtenir votre numéro de cotisation sociale et donc de vous inscrire comme cotiseur (j’ai un doute sur le mot maintenant :/). En ce qui concerne le chômage, il faut avoir travailler minimum un an en Allemagne pour toucher des aides.

Peu de temps après votre installation, vous recevrez une lettre de ARD et ZDF à propos de GEZ. Il s’agit de la taxe télévision et médias en général, obligatoire à payer. Attention, si vous vivez à plusieurs dans un logement, la taxe ne sera payée qu’une fois pour tous.

Le système médical

Sauf exception, vous devrez penser à vous assurer médicalement auprès d’une caisse d’assurance maladie. Il en existe deux sortes : les publics pour tous et les privés pour ceux qui ont vraiment les moyens. Ensuite, l’offre est large, il existe notamment l’AOK et la TK qui sont deux bonnes assurances.

Chaque assurance maladie propose ses avantages, généralement, cela comprend toutes les visites chez le médecin de famille et les médecins spécialisés, cependant certaines consultations sont payables chez les spécialistes (le médecin vous le signalera). Donc oui, les visites chez le médecin sont gratuites! On vous demandera de présenter votre carte d’assurance maladie une fois par mois (généralement plus mais seulement pour vérifier vos données). Concernant le dentiste, les assurances maladies prennent généralement en général une consultation de contrôle par an, ainsi que certains soins basiques.

En revanche, à la pharmacie, rares sont les médicaments pris en charge à 100%, surtout que chaque pharmacie applique ensuite ses propres prix, à vous de trouver là où vous aurez le plus d’avantages.

Se préparer moralement

On ne s’expatrie pas comme on décide de partir spontanément en vacances. Il faut vraiment prendre le temps de se préparer, physiquement et psychologiquement. Combien partent presque sur un coup de tête en Allemagne car c’est l’eldorado du moment sans chercher aucune information et sans parler allemand. Quelques mois après, ces personnes sont désespérément perdues, pas du tout intégré et voient tout en noir en Allemagne. Une expatriation ratée, ça laisse beaucoup de traces sur le moral.

De plus, en venant vivre en Allemagne, oubliez tout ce qu’on peut vous en dire (en bien ou en mal) et découvrez par vous-même la culture. Apprenez l’allemand, cherchez à rencontrer des Allemands, donnez-vous les moyens de réussir. L’Allemagne vous accueillera volontiers, mais seulement si vous donnez du votre. L’Allemagne n’est ni un paradis où on roule sur l’or, le chômage existe aussi, le système a ses failles. De même, l’Allemagne n’est pas un pays où les gens crient dès qu’ils ouvrent la bouche, où il n’y a que des Nazis.

L’Allemagne est un pays comme les autres, avec ses bons et ses mauvais côtés, avec des gens bien et d’autres à éviter. L’essentiel en venant vivre en Allemagne et de s’y sentir bien. N’oubliez pas qu’on a qu’une vie, il serait dommage de la gâcher pour des bêtises.

Voilà donc pour cette introduction à l’Allemagne, toutes les questions et autres propositions sont les bienvenues en commentaire à cet article ;).

fussmatte-akzente-herzlich-willkommen-6787213

Partir comme assistante de français

Qu’est-ce que l’assistanat ?

Être assistant de français dans une école comprend différents rôles. Il s’agit d’un étudiant envoyé dans une école à l’étranger pour quelques mois afin d’aider les professeurs de français, d’assister et d’aider les élèves en français, de prendre part à différents projets, etc. Cette période est idéale pour se former au métier de professeur et à la vie scolaire du côté de l’administration, pour découvrir la vie à l’étranger, pour se faire une première expérience professionnelle. Il s’agit bien sûr d’une occupation rémunérée.

En Allemagne, les assistants sont également invités en janvier-février et en juin à être évaluateur et correcteur pour les épreuves du Delf (diplôme de français langue étrangère pour les écoliers) organisées par l’Institut Français. Cela permet d’engranger une autre expérience professionnelle ainsi que de se faire un peu plus d’argent ;).

Pour qui ?

Pour ceux qui veulent devenir professeur, de langue ou autre. Mais également pour ceux qui veulent se faire une expérience à l’étranger dans le cadre de leurs études ou tout simplement par curiosité et pour un enrichissement personnelle. Moi-même je ne suis pas professeur, et beaucoup de mes anciens collègues ne sont également pas devenus professeurs. Il faut quand même avoir un minimum envie de travailler avec des enfants, voire souvent des adolescents en pleine rébellion et d’être professeur. Sans motivation, cette expérience peut vite tourner au cauchemar.

Comment devenir assistant ?

Il existe deux organismes qui envoient des assistants de français dans d’autres pays, principalement en Europe, dont voici les liens : Site du CIEP – Site de Comenius

Il y a différences exigences pour devenir assistant, je suis passée par le CIEP donc je ne pourrais vous parler que de mon expérience concernant l’Allemagne, mais je vous invite à consulter les sites des organismes pour avoir de plus amples informations concernant les autres pays et organismes ;).

Pour partir en Allemagne, il faut être titulaire d’une L2 en langue ou en sciences humaines, être étudiant au moment de l’inscription au programme d’assistanat. Il n’est pas exigé de parler couramment allemand, certains partent même sans savoir parler un mot d’allemand, mais le niveau de langue jouera ensuite dans le lieu d’affectation. Un débutant ne sera pas envoyé dans les Länder les plus demandés comme Berlin. Les exigences sont sinon moindres car chaque année, il reste un grand nombre de places vacantes pour les postes d’assistants en Allemagne, d’où le fait aussi que postuler en Allemagne, c’est être quasi assuré d’être pris.

D’autres questions?

Résumé de mon expérience d’assistante

cours-particuliers-de-francais-college-lycee-IMGH1334831198_1