Recette d’asperges « à l’allemande »

Aujourd’hui j’inaugure une nouvelle catégorie que j’avais en tête depuis un moment et qui m’a été demandé à plusieurs reprises lors de mon questionnaire : une catégorie recettes allemandes!

Et en ce mois de mai, la star chez les Allemands, c’est l’asperge! Il y a toute sorte de recettes pour cuisiner les asperges, mais la préférée d’Outre-Rhin, je vous la présente aujourd’hui! En fait, pour être honnête, ce n’est pas vraiment une recette en soi, mais plutôt une façon d’accompagner les asperges. Rapide et bon, c’est le plat idéal à faire quand on ne veut pas se prendre la tête avec la cuisine!

Ingrédients:

  • des asperges, blanches de préférence
  • des pommes de terre
  • du jambon (cuit ou cru selon les goûts)
  • de la sauce hollandaise en brique

Préparation:

  • Éplucher et faire cuire à l’eau les asperges
  • Éplucher et faire cuire les pommes de terre à l’eau
  • Réchauffer la sauce hollandaise (ou la faire soi-même pour les courageux ;))
  • Une fois les asperges et pommes de terre cuites, servir dans une assiette avec une tranche de jambon et un filet de sauce hollandaise
  • Éventuellement décorer d’un peu de persil

Bon appétit!

Si vous tenter cette recette, n’hésitez pas à venir me donner vos avis ensuite ici 🙂

Frérot et Sœurette

Je vous retrouve aujourd’hui avec un nouveau conte allemand, une nouvelle fois des frères Grimm : Frérot et Sœurette.

Frérot prit sa sœurette par la main et dit:
– Depuis que notre mère est morte, nous ne connaissons plus que le malheur. Notre belle-mère nous bat tous les jours et quand nous voulons nous approcher d’elle, elle nous chasse à coups de pied. Pour nourriture, nous n’avons que de vieilles croûtes de pain, et le petit chien, sous la table, est plus gâté que nous; de temps à autre, elle lui jette quelques bons morceaux. Que Dieu ait pitié de nous! Si notre mère savait cela! Viens, nous allons partir par le vaste monde!
Tout le jour ils marchèrent par les prés, les champs et les pierrailles et quand la pluie se mit à tomber, sœurette dit:
– Dieu et nos cœurs pleurent ensemble!
Au soir, ils arrivèrent dans une grande forêt. Ils étaient si épuisés de douleur, de faim et d’avoir si longtemps marché qu’ils se blottirent au creux d’un arbre et s’endormirent.
Quand ils se réveillèrent le lendemain matin, le soleil était déjà haut dans le ciel et sa chaleur pénétrait la forêt. frérot dit à sa sœur:
– Sœurette, j’ai soif. Si je savais où il y a une source, j’y courrais pour y boire; il me semble entendre murmurer un ruisseau.
Il se leva, prit Sœurette par la main et ils partirent tous deux à la recherche de la source. Leur méchante marâtre était en réalité une sorcière et elle avait vu partir les enfants. Elles les avait suivis en secret, sans bruit, à la manière des sorcières, et avait jeté un sort sur toutes les sources de la forêt. Quand les deux enfants en découvrirent une qui coulait comme du vif argent sur les pierres, Frérot voulut y boire. Mais Sœurette entendit dans le murmure de l’eau une voix qui disait: « Qui me boit devient tigre. Qui me boit devient tigre. » Elle s’écria:
– Je t’en prie, Frérot, ne bois pas; sinon tu deviendras une bête sauvage qui me dévorera. Frérot ne but pas, malgré sa grande soif, et dit:
– J’attendrai jusqu’à la prochaine source.
Quand ils arrivèrent à la deuxième source, Sœurette l’entendit qui disait: « Qui me boit devient loup. Qui me boit devient loup. » Elle s’écria:
– Frérot, je t’en prie, ne bois pas sinon tu deviendras loup et tu me mangeras.
Frérot ne but pas et dit:
– J’attendrai que nous arrivions à une troisième source, mais alors je boirai, quoi que tu dises, car ma soif est trop grande.
Quand ils arrivèrent à la troisième source, Sœurette entendit dans le murmure de l’eau: « Qui me boit devient chevreuil. Qui me boit devient chevreuil. » Elle dit:
– Ah! Frérot, je t’en prie, ne bois pas, sinon tu deviendras chevreuil et tu partiras loin de moi.
Mais déjà Frérot s’était agenouillé au bord de la source, déjà il s’était penché sur l’eau et il buvait. Quand les premières gouttes touchèrent ses lèvres, il fut transformé en jeune chevreuil.
Sœurette pleura sur le sort de Frérot et le petit chevreuil pleura aussi et s’allongea tristement auprès d’elle. Finalement, la petite fille dit:
– Ne pleure pas cher petit chevreuil, je ne t’abandonnerai jamais.
Elle détacha sa jarretière d’or, la mit autour du cou du chevreuil, cueillit des joncs et en tressa une corde souple. Elle y attacha le petit animal et ils s’enfoncèrent toujours plus avant dans la forêt. Après avoir marché longtemps, longtemps, ils arrivèrent à une petite maison. La jeune fille regarda par la fenêtre et, voyant qu’elle était vide, elle se dit: « Nous pourrions y habiter. » Elle ramassa des feuilles et de la mousse et installa une couche bien douce pour le chevreuil. Chaque matin, elle faisait cueillette de racines, de baies et de noisettes pour elle et d’herbe tendre pour Frérot. Il la lui mangeait dans la main, était content et folâtrait autour d’elle. Le soir, quand Sœurette était fatiguée et avait dit sa prière, elle appuyait sa tête sur le dos du chevreuil -c’était un doux oreiller – et s’endormait. Leur existence eût été merveilleuse si Frérot avait eu son apparence humaine!
Pendant quelque temps, ils vécurent ainsi dans la solitude. Il arriva que le roi du pays donna une grande chasse dans la forêt. On entendit le son des trompes, la voix des chiens et les joyeux appels des chasseurs à travers les arbres. Le petit chevreuil, à ce bruit, aurait bien voulu être de la fête.
– Je t’en prie, Sœurette, laisse-moi aller à la chasse, dit-il; je n’y tiens plus. Il insista tant qu’elle finit par accepter.
– Mais, lui dit-elle, reviens ce soir sans faute. Par crainte des sauvages chasseurs, je fermerai ma porte. À ton retour, pour que je te reconnaisse, frappe et dis « Sœurette, laisse-moi entrer. » Si tu n’agis pas ainsi, je n’ouvrirai pas.
Le petit chevreuil s’élança dehors, tout joyeux de se trouver en liberté. Le roi et ses chasseurs virent le joli petit animal, le poursuivirent, mais ne parvinrent pas à le rattraper. Chaque fois qu’ils croyaient le tenir, il sautait par-dessus les buissons et disparaissait. Quand vint le soir, il courut à la maison, frappa et dit:
– Sœurette, laisse-moi entrer!
La porte lui fut ouverte, il entra et se reposa toute la nuit sur sa couche moelleuse. Le lendemain matin, la chasse recommença et le petit chevreuil entendit le son des cors et les « Oh! Oh! » des chasseurs. Il ne put résister.
– Sœurette, ouvre, ouvre, il faut que je sorte! dit-il.
Sœurette ouvrit et lui dit:
– Mais ce soir il faut que tu reviennes et que tu dises les mêmes mots qu’hier.
Quand le roi et ses chasseurs revirent le petit chevreuil au collier d’or, ils le poursuivirent à nouveau. Mais il était trop rapide, trop agile. Cela dura toute la journée. Vers le soir, les chasseurs finirent par le cerner et l’un d’eux le blessa légèrement au pied, si bien qu’il boitait et ne pouvait plus aller que lentement. Un chasseur le suivit jusqu’à la petite maison et l’entendit dire:
– Sœurette, laisse-moi entrer!
Il vit que l’on ouvrait la porte et qu’elle se refermait aussitôt. Il enregistra cette scène dans sa mémoire, alla chez le roi et lui raconta ce qu’il avait vu et entendu. Alors le roi dit:
– Demain nous chasserons encore!
Sœurette avait été fort affligée de voir que son petit chevreuil était blessé. Elle épongea le sang qui coulait, mit des herbes sur la blessure et dit:
– Va te coucher, cher petit chevreuil, pour que tu guérisses bien vite.
La blessure était si insignifiante qu’au matin il ne s’en ressentait plus du tout. Quand il entendit de nouveau la chasse il dit:
– Je n’y tiens plus! Il faut que j’y sois! Ils ne m’auront pas.
Sœurette pleura et dit:
– Ils vont te tuer et je serai seule dans la forêt, abandonnée de tous. Je ne te laisserai pas sortir!
– Alors je mourrai ici de tristesse, répondit le chevreuil. Quand j’entends le cor, j’ai l’impression que je vais bondir hors de mes sabots.
Sœurette n’y pouvait plus rien. Le cœur lourd, elle ouvrit la porte et le petit chevreuil partit joyeux dans la forêt. Quand le roi le vit, il dit à ses chasseurs:
– Poursuivez-le sans répit tout le jour, mais que personne ne lui fasse de mal!
Quand le soleil fut couché, il dit à l’un des chasseurs:
– Maintenant tu vas me montrer la petite maison!
Quand il fut devant la porte, il frappa et dit:
– Sœurette, laisse-moi entrer!
La porte s’ouvrit et le roi entra. Il aperçut une jeune fille si belle qu’il n’en avait jamais vu de pareille. Quand elle vit que ce n’était pas le chevreuil, mais un homme portant une couronne d’or sur la tête qui entrait, elle prit peur. Mais le roi la regardait avec amitié, lui tendit la main et dit:
– Veux-tu venir à mon château et devenir ma femme?
– Oh! oui, répondit la jeune fille, mais il faut que le chevreuil vienne avec moi, je ne l’abandonnerai pas.
Le roi dit:
– Il restera avec toi aussi longtemps que tu vivras et il ne manquera de rien.
Au même instant, le chevreuil arriva. Sœurette lui passa sa laisse et, la tenant elle-même à la main, quitta la petite maison.
Le roi prit la jeune fille sur son cheval et la conduisit dans son château où leurs noces furent célébrées en grande pompe. Sœurette devint donc altesse royale et ils vécurent ensemble et heureux de longues années durant. On était aux petits soins pour le chevreuil qui avait tout loisir de gambader dans le parc clôturé. Cependant, la marâtre méchante, à cause de qui les enfants étaient partis par le monde, s’imaginait que Sœurette avait été mangée par les bêtes sauvages de la forêt et que Frérot, transformé en chevreuil, avait été tué par les chasseurs. Quand elle apprit que tous deux vivaient heureux, l’envie et la jalousie remplirent son cœur et ne la laissèrent plus en repos. Elle n’avait d’autre idée en tête que de les rendre malgré tout malheureux. Et sa véritable fille, qui était laide comme la nuit et n’avait qu’un œil, lui faisait des reproches, disant:
– C’est moi qui aurais dû devenir reine!
– Sois tranquille! disait la vieille. Lorsque le moment viendra, je m’en occuperai.
Le temps passa et la reine mit au monde un beau petit garçon. Le roi était justement à la chasse. La vieille sorcière prit l’apparence d’une camériste, pénétra dans la chambre où se trouvait la reine et lui dit:
– Venez, votre bain est prêt. Il vous fera du bien et vous donnera des forces nouvelles. Faites vite avant que l’eau ne refroidisse.
Sa fille était également dans la place. Elles portèrent la reine affaiblie dans la salle de bains et la déposèrent dans la baignoire. Puis elles fermèrent la porte à clef et s’en allèrent. Dans la salle de bains, elles avaient allumé un feu d’enfer, pensant que la reine étoufferait rapidement.
Ayant agi ainsi, la vieille coiffa sa fille d’un béguin et la fit coucher dans le lit, à la place de la reine dont elle lui avait donné la taille et l’apparence. Mais elle n’avait .pu remplacer œil qui lui manquait. Pour que le roi ne s’en aperçût pas, elle lui ordonna de se coucher sur le côté où elle n’avait pas œil. Le soir, quand le roi revint et apprit qu’un fils lui était né, il se réjouit en son cœur et voulut se rendre auprès de sa chère épouse pour prendre de ses nouvelles. La vieille s’écria aussitôt:
– Prenez bien garde de laisser les rideaux tirés; la reine ne doit voir aucune lumière elle doit se reposer!
Le roi se retira. Il ne vit pas qu’une fausse reine était couchée dans le lit.
Quand vint minuit et que tout fut endormi, la nourrice, qui se tenait auprès du berceau dans la chambre d’enfant et qui seule veillait encore, vit la porte s’ouvrir et la vraie reine entrer. Elle sortit l’enfant du berceau, le prit dans ses bras et lui donna à boire. Puis elle tapota son oreiller, le recoucha, le couvrit et étendit le couvre-pieds. Elle n’oublia pas non plus le petit chevreuil, s’approcha du coin où il dormait et le caressa. Puis, sans bruit, elle ressortit et, le lendemain matin, lorsque la nourrice demanda aux gardes s’ils n’avaient vu personne entrer au château durant la nuit, ceux-ci répondirent:
– Non, nous n’avons vu personne.
La reine vint ainsi chaque nuit, toujours silencieuse. La nourrice la voyait bien, mais elle n’osait en parler à personne. Au bout d’un certain temps, la reine commença à parler dans la nuit et dit:

– Que devient mon enfant? Que devient mon chevreuil?
Deux fois encore je reviendrai; ensuite plus jamais.

La nourrice ne lui répondit pas. Mais quand elle eut disparu, elle alla trouver le roi et lui raconta tout. Le roi dit alors:
– Mon Dieu, que signifie cela? Je veillerai la nuit prochaine auprès de l’enfant.
Le soir, il se rendit auprès du berceau et, à minuit, la reine parut et dit à nouveau:

– Que devient mon enfant? Que devient mon chevreuil?
Une fois encore je reviendrai ensuite plus jamais.

Elle s’occupa de l’enfant comme à l’ordinaire avant de disparaître. Le roi n’osa pas lui parler, mais il veilla encore la nuit suivante. De nouveau elle dit:

– Que devient mon enfant? Que devient mon chevreuil?
Cette fois suis revenue, jamais ne reviendrai.

Le roi ne put se contenir. Il s’élança vers elle et dit:
– Tu ne peux être une autre que ma femme bien-aimée!
Elle répondit:
– Oui, je suis ta femme chérie.
Et, en même temps, par la grâce de Dieu, la vie lui revint. Elle était fraîche, rose et en bonne santé. Elle raconta alors au roi le crime que la méchante sorcière et sa fille avaient perpétré contre elle. Le roi les fit comparaître toutes deux devant le tribunal où on les jugea. La fille fut conduite dans la forêt où les bêtes sauvages la déchirèrent. La sorcière fut jetée au feu et brûla atrocement. Quand il n’en resta plus que des cendres, le petit chevreuil se transforma et retrouva forme humaine. Sœurette et Frérot vécurent ensuite ensemble, heureux jusqu’à leur mort.

Les musiciens de Brême

Aujourd’hui je vous retrouve pour un nouveau conte allemand, des frères Grimm encore une fois : les Musiciens de Brême, une jolie histoire d’animaux à découvrir :). Peut être que vous connaissez déjà cette histoire, elle est notamment célèbre pour la statue qui l’illustre à Brême (photo ci-dessous)

Un meunier possédait un âne qui, durant de longues années, avait inlassablement porté des sacs au moulin, mais dont les forces commençaient à décliner. Il devenait de plus en plus inapte au travail. Son maître songea à s’en débarrasser. L’âne se rendit compte qu’un vent défavorable commençait à souffler pour lui et il s’enfuit. Il prit la route de Brême. Il pensait qu’il pourrait y devenir musicien au service de la municipalité. Sur son chemin, il rencontra un chien de chasse qui s’était couché là. Il gémissait comme quelqu’un qui a tant couru, que la mort le guette.
– Alors, Taïaut, pourquoi jappes-tu comme ça ? demanda l’âne.
– Ah ! dit le chien, parce que je suis vieux, parce que je m’alourdis chaque jour un peu plus, parce que je ne peux plus chasser, mon maître veut me tuer. Je me suis enfui. Mais comment gagner mon pain maintenant ?
– Sais-tu, dit l’âne, je vais à Brême pour y devenir musicien ; viens avec moi et fais-toi engager dans l’orchestre municipal. Je jouerai du luth et toi de la timbale.
Le chien accepta avec joie et ils repartirent de compagnie. Bientôt, ils virent un chat sur la route, qui était triste… comme trois jours de pluie.
– Eh bien ! qu’est-ce qui va de travers, vieux Raminagrobis ? demanda l’âne.
– Comment être joyeux quand il y va de sa vie ? répondit le chat. Parce que je deviens vieux, que mes dents s’usent et que je me tiens plus souvent à rêver derrière le poêle qu’à courir après les souris, ma maîtresse a voulu me noyer. J’ai bien réussi à me sauver, mais je ne sais que faire. Où aller ?
– Viens à Brême avec nous. Tu connais la musique, tu deviendras musicien.
Le chat accepta et les accompagna.
Les trois fugitifs arrivèrent à une ferme. Le coq de la maison était perché en haut du portail et criait de toutes ses forces.
– Tu cries à nous casser les oreilles, dit l’âne. Que t’arrive-t-il donc ?
– J’ai annoncé le beau temps, répondit le coq, parce que c’est le jour où la Sainte Vierge lave la chemise de L’Enfant Jésus et va la faire sécher. Mais, comme pour demain dimanche il doit venir des invités, la fermière a été sans pitié. Elle a dit à la cuisinière qu’elle voulait me manger demain et c’est ce soir qu’on doit me couper le cou. Alors, je crie à plein gosier pendant que je puis le faire encore.
– Eh ! quoi, Chanteclair, dit l’âne, viens donc avec nous. Nous allons à Brême ; tu trouveras n’importe où quelque chose de préférable à ta mort. Tu as une bonne voix et si nous faisons de la musique ensemble, ce sera magnifique.
Le coq accepta ce conseil et tous quatre se remirent en chemin.
Mais il ne leur était pas possible d’atteindre la ville de Brême en une seule journée. Le soir, ils arrivèrent près d’une forêt où ils se décidèrent à passer la nuit. l’âne et le chien se couchèrent au pied d’un gros arbre, le chat et le coq s’installèrent dans les branches. Le coq monta jusqu’à la cime. Il pensait s’y trouver en sécurité. Avant de s’endormir, il jeta un coup d’œil aux quatre coins d el’horizon. Il vit briller une petite lumière dans le lointain. Il appela ses compagnons et leur dit qu’il devait se trouver quelque maison par là, on y voyait de la lumière. L’âne dit :
– Levons-nous et allons-y ; ici, le gîte et le couvert ne sont pas bons.
Le chien songea que quelques os avec de la viande autour lui feraient du bien. Ils se mirent donc en route en direction de la lumière et la virent grandir au fur et à mesure qu’ils avançaient. Finalement, ils arrivèrent devant une maison brillamment éclairée, qui était le repaire d’une bande de voleurs.
L’âne, qui était le plus grand, s’approcha de la fenêtre et regarda à l’intérieur.
– Que vois-tu, Grison ? demanda le coq.
– Ce que je vois ? répondit l’âne : une table servie avec mets et boissons de bonne allure. Des voleurs y sont assis et sont en train de se régaler.
– Voilà ce qu’il nous faudrait, repartit le coq.
– Eh ! oui, dit l’âne, si seulement nous y étions !
Les quatre compagnons délibérèrent pour savoir comment ils s’y prendraient pour chasser les voleurs. Finalement, ils découvrirent le moyen : l’âne appuierait ses pattes de devant sur le bord de la fenêtre, le chien sauterait sur son dos et le chat par-dessus. Le coq se percherait sur la tête du chat. Quand ils se furent ainsi installés, à un signal donné, ils commencèrent leur musique. L’âne brayait, le chien aboyait, le chat miaulait et le coq chantait. Sur quoi, ils bondirent par la fenêtre en faisant trembler les vitres. À ce concert inhabituel, les voleurs avaient sursauté. Ils crurent qu’un fantôme entrait dans la pièce et, pris de panique, ils s’enfuirent dans la forêt. Nos quatre compagnons se mirent à table, se servirent de ce qui restait et mangèrent comme s’ils allaient connaître un mois de famine. Quand les quatre musiciens eurent terminé, ils éteignirent la lumière et chacun se choisit un endroit à sa convenance et du meilleur confort pour dormir. L’âne se coucha sur le fumier, le chien derrière la porte, le chat près du poêle et le coq se percha au poulailler. Et comme ils étaient fatigués de leur long trajet, ils s’endormirent aussitôt.
Quand minuit fut passé, les voleurs virent de loin que la lumière avait été éteinte dans la maison et que tout y paraissait tranquille. Leur capitaine dit :
– Nous n’aurions pas dû nous laisser mettre à la porte comme ça.
Il ordonna à l’un de ses hommes d’aller inspecter la maison. L’éclaireur vit que tout était silencieux ; il entra à la cuisine pour allumer une lumière. Voyant les yeux du chat brillants comme des braises, il en approcha une allumette et voulut l’enflammer. Le chat ne comprit pas la plaisanterie et, crachant et griffant, lui sauta au visage. L’homme fut saisi de terreur. Il se sauva et voulut sortir par la porte de derrière. Le chien, qui était allongé là, bondit et lui mordit les jambes. Et quand le voleur se mit à courir à travers la cour, passant par-dessus le tas de fumier, l’âne lui expédia un magistral coup de sabot. Le coq, que ce vacarme avait réveillé et mis en alerte, cria du haut de son perchoir :
– Cocorico !
Le voleur s’enfuit aussi vite qu’il le pouvait vers ses camarades, et dit au capitaine :
– Il y a dans la maison une affreuse sorcière qui a soufflé sur moi et m’a griffé le visage de ses longs doigts. Devant la porte, il y avait un homme avec un couteau : il m’a blessé aux jambes. Dans la cour, il y a un monstre noir : il m’a frappé avec une massue de bois. Et sur le toit, il y avait un juge de paix qui criait : « Qu’on m’amène le coquin ! » J’ai fait ce que j’ai pu pour m’enfuir.
À partir de ce moment-là, les voleurs n’osèrent plus retourner à la maison. Quant aux quatre musiciens de Brême, ils s’y plurent tant qu’ils y restèrent. Le dernier qui me l’a raconté en fait encore des gorges chaudes.

Les plus belles chansons Kölsch {2}

Aujourd’hui, je vous propose un nouvel article des plus chansons Kölsch. Cette fois, je vous propose quelques titres ayant pour thème la multiculturalité de Cologne. A l’heure où le nationalisme et le racisme reprennent du pouvoir, Cologne reste encore et toujours ouverte et aime le crier haut et fort.

Stammbaum, Blääck Fööss (LA chanson qui décrit le mieux Cologne : elle retrace son histoire et ses origines par les différentes invasions et migrations et aujourd’hui, tout ce petit monde ne forme qu’un)

Wenn mir uns all he verstonn, Paveier (« Si on s’entendait tous, cela serait tellement plus simple »)

Mir sin eins, Kasalla (« Les Colonais sont chacun la petite pierre d’une grande mosaïque qui fait Cologne)

Et pour finir voici une affiche sortie récemment, elle aussi mettant en scène la multiculturalité de Cologne. Saurez-vous reconnaître les différentes nations représentées et leur histoire?

Retrouver le premier article de cette série ici!

Conte allemand – Le maître-voleur

Pour bien débuter ce mois de mars, je vous propose aujourd’hui un nouveau conte allemand, des frères Grimm bien entendu : Le maître-voleur (Der Meisterdieb). Bonne lecture!

Il était une fois un vieil homme et sa femme, assis devant leur pauvre maison. Après le travail, ils prenaient quelque repos. Tout à coup arriva une magnifique voiture, tirée par quatre chevaux noirs, dont descendit un homme richement vêtu. Le paysan se leva, s’approcha du seigneur, lui demanda ce qu’il désirait et en quoi il pourrait lui être utile. L’étranger lui tendit la main et dit :
– Je n’ai qu’un désir : déguster pour une fois un repas campagnard. Préparez des pommes de terre comme vous le faites pour vous ; je prendrai place à votre table et leur ferai honneur avec joie.
Le paysan sourit et dit :
– Vous êtes comte, prince ou même duc. Des gens très bien ont parfois de telles envies. Que la vôtre soit satisfaite !
Sa femme alla à la cuisine et commença à laver et à éplucher les pommes de terre dont elle voulait faire des boulettes à la mode paysanne. Pendant qu’elle travaillait, le vieux dit à l’étranger :
– En attendant, venez au jardin. J’ai encore quelque chose à y faire.
Il avait creusé des trous et voulait y planter des arbres.
– N’avez-vous pas d’enfants, lui demanda l’étranger, qui pourraient vous aider dans votre travail ?
– Non, répondit le paysan. J’ai bien eu un garçon, ajouta-t-il, mais il est parti de par le monde, voici bien longtemps. C’était un jeune dépravé, malin et astucieux, mais qui ne voulait rien apprendre et ne cessait de jouer de mauvais tours. À la fin, il est parti et je n’en ai plus jamais entendu parler.
Le vieil homme prit un arbuste, le plaça dans un trou et lui adjoignit un tuteur. Et quand il eut rassemblé la terre et qu’il l’eut bien tassée, il lia l’arbre au tuteur avec des brins de paille, en haut, au milieu et en bas.
– Mais dites-moi, dit le seigneur, pourquoi n’attachez-vous pas de même à un tuteur cet arbre rabougri, là dans le coin, qui traîne presque par terre tant il est tordu, de façon qu’il pousse droit ?
Le vieux eut un sourire et dit :
– Vous parlez, Monsieur, comme vous l’entendez. On voit bien que vous ne vous êtes jamais occupé de culture. Cet arbre là est vieux et rabougri. Personne ne pourra plus jamais le redresser. C’est quand ils sont jeunes que l’on peut faire pousser les arbres droit.
– C’est comme pour votre fils, dit l’étranger. Si vous l’aviez dressé pendant qu’il était encore jeune, il ne serait pas parti. Lui aussi a dû devenir dur et rabougri.
– Certainement, rétorqua le vieux, voilà déjà bien longtemps qu’il est parti , il a dû changer.
– Le reconnaîtriez-vous s’il se présentait devant vous ?
– Je reconnaîtrais très difficilement ses traits, répondit le paysan. Mais il est possède un signe particulier, une envie sur l’épaule, qui ressemble à un haricot.
À ces mots, l’étranger retira sa veste, dénuda son épaule et montra l’envie au paysan.
– Seigneur Dieu ! s’écria celui-ci, tu es vraiment mon fils.
Et l’amour qu’il avait pour son enfant gonfla son cœur.
– Mais, ajouta-t-il, comment peux-tu être mon fils ? Tu es devenu un grand seigneur qui vit dans la richesse et le superflu. Comment en es-tu arrivé là ?
– Ah ! père, répondit le seigneur, le jeune arbre était attaché à un tuteur trop faible et il a poussé tordu. Maintenant, il est trop vieux et ne se redressera plus. Comment j’en suis arrivé là ? Je suis devenu voleur. Mais ne vous effrayez pas ; je suis un maître voleur. Pour moi n’existent ni serrures ni verrous. Tout ce qui me plaît m’appartient. Ne croyez pas que je vole comme un quelconque voleur. Non. je ne prends que le superflu des riches. Les pauvres peuvent être tranquilles ; je leur donnerais plutôt que de leur prendre.
– Ah ! mon fils, dit le vieux, tout cela ne me plaît pas pour autant. Un voleur est un voleur. Je te le dis : cela finira mal.
Il le conduisit auprès de sa mère et lorsqu’elle apprit qu’il était son fils, elle en pleura de joie. Mais quand il lui dit qu’il était devenu maître voleur, son visage se couvrit de larmes de tristesse. Finalement, elle dit :
– Même s’il est voleur, il est mon fils et je suis heureuse de le revoir.
Ils prirent tous place à table et le voleur mangea de nouveau avec ses parents la mauvaise nourriture qu’il avait connue si longtemps. Puis le père dit :
– Si notre seigneur, le comte, là-bas dans son château, apprend qui tu es et ce que tu fais, il ne te prendra pas dans ses bras et ne te bercera pas comme il l’a fait le jour de ton baptême ; il t’enverra balancer au bout d’une corde.
– Soyez sans inquiétude, mon père, dit le fils. Il ne me fera rien : je connais mon métier. Aujourd’hui même, j’irai chez lui.
Quand vint le soir, le maître voleur prit place dans sa voiture et se rendit au château. Le comte le reçut avec déférence, le prenant pour un personnage respectable. Lorsque l’étranger lui eut dit qui il était, il pâlit et resta quelque temps silencieux. Puis il dit :
– Tu es mon filleul. Mon pardon tiendra lieu de justice et j’agirai imprudemment à ton égard. Puisque tu te vantes d’être un maître voleur, je vais soumettre ton art à l’épreuve. Si tu échoues, la corde sera ton épouse et le croassement des corbeaux te servira de marche nuptiale.
– Monseigneur, répondit le voleur, choisissez trois épreuves aussi difficiles que vous le voudrez ; si je ne réussis pas à réaliser ce que vous demanderez, vous ferez de moi selon votre bon plaisir.
Le comte réfléchit un instant, puis il dit :
– Eh bien ! pour commencer, il faudra que tu me voles un cheval à l’écurie ; en deuxième lieu, il te faudra retirer les draps de notre lit pendant que nous y serons couchés, ma femme et moi, sans que nous nous en apercevions. En même temps, tu retireras, de son doigt, l’alliance de mon épouse. En troisième et dernier lieu, je veux que tu procèdes à l’enlèvement du curé et du bedeau en pleine église. Prends bien note de tout cela, car il en va de ta vie !
Le maître voleur se rendit à la ville la plus proche. Il acheta de vieux habits à une paysanne et s’en revêtit. Il se farda le visage avec de la couleur brune, y dessinant même des rides. Il remplit un petit tonneau de vin de Hongrie auquel il mélangea un puissant soporifique. Il plaça le tonneau sur un support fixé à son dos et, d’une démarche vacillante, il se rendit à pas lents au château du comte.
Lorsqu’il y parvint, il faisait déjà nuit. Il s’assit sur une pierre dans la cour, se mit à tousser comme une vieille poitrinaire et se frotta les mains comme s’il mourait de froid. Devant la porte des écuries, des soldats étaient allongés autour d’un feu. L’un d’eux remarqua la femme et lui cria :
– Viens par ici, petite mère, viens te réchauffer près de nous. Puisque tu n’as pas de toit, prends l’hôtel qui se trouve sur ton chemin.
La vieille s’approcha d’eux en boitillant, leur demanda de la débarrasser du support et du tonneau et s’assit auprès d’eux.
– Qu’as-tu donc dans ton tonneau, la vieille ? demanda l’un des soldats.
Un bon coup de vin, répondit-elle. Je vis de ce commerce. Pour de l’argent et quelques bonnes paroles, je vous en donnerai volontiers un verre.
– Apporte voir ! dit le soldat.
Elle le servit et les autres suivirent l’exemple de leur camarade.
– Holà ! les amis, cria l’un d’eux à ceux qui se tenaient dans l’écurie, il y a ici une petite mère qui a du vin aussi vieux qu’elle. Buvez-en un coup ; ça vous réchauffera l’estomac mieux que notre feu.
La vieille porta son tonneau dans l’écurie. Un des soldats était assis sur le cheval tout sellé du comte ; un autre tenait la bride, un troisième s’occupait de natter la queue. La vieille versa à boire tant qu’on voulut, jusqu’à épuisement de la source. Bientôt, la bride tomba de la main de celui qui la tenait et lui-même s’en alla ronfler par terre ; l’autre abandonna la queue, s’allongea et ronfla plus fort encore ; celui qui était en selle y resta, mais sa tête s’inclina presque jusque sur le cou du cheval , il s’endormit à son tour et se mit à émettre des bruits de soufflet de forge. Les soldats qui étaient dehors dormaient depuis longtemps. Ils ne bougeaient pas plus que s’ils eussent été de pierre. Quand le maître voleur vit que tout avait bien marché, il plaça dans la main de l’un une corde à la place de la bride, à l’autre un balai de paille en remplacement de la queue. Mais qu’allait-il faire du troisième, celui qui était sur le cheval ? Il ne voulait pas le faire tomber : il se serait réveillé et aurait pu crier. Le voleur trouva le bon moyen : il défit les courroies de la selle, accrocha celle-ci à des cordes qui pendaient au mur dans des anneaux et hissa le cavalier au plafond. Puis il attacha solidement la corde à un poteau. Il eut tôt fait de libérer le cheval de sa chaîne. Mais on risquait d’entendre le bruit que feraient ses sabots sur les pavés de pierre de la cour. Il les enveloppa de vieux chiffons, fit sortir le cheval avec précaution de l’écurie et de la cour, lui sauta dessus et partit au galop.
Quand le jour fut levé, le maître voleur se précipita au château avec le cheval. Le comte venait de se réveiller et il regardait par la fenêtre.
– Bonjour, Monseigneur ! lui cria le voleur. Voici le cheval que j’ai réussi à sortir de l’écurie. Regardez comme vos soldats dorment bien ! Et si vous allez à l’écurie, vous verrez comme vos gardes s’y sont mis à l’aise.
Le comte ne put s’empêcher de rire. Puis il dit :
– Tu as réussi une fois. Il n’en ira pas de même la prochaine. Et je te préviens ; puisque tu t’es présenté comme voleur, agis en voleur.
Le soir, quand la comtesse s’en fut se coucher, elle serra bien fort les doigts de la main qui portait l’alliance et le comte lui dit :
– Toutes les portes sont fermées et verrouillées ; je vais rester éveillé et j’attendrai le voleur. S’il entre par la fenêtre, je l’abats.
Le maître voleur, lui, se rendit dans l’obscurité au gibet, en décrocha un pauvre pécheur qui pendait là et, sur son dos, il le porta au château. Il appuya une échelle sous la fenêtre de la chambre à coucher du comte et commença à grimper. Quand il fut arrivé assez haut pour que la tête du mort apparaisse à la fenêtre, le comte, qui guettait depuis son lit, tira un coup de pistolet. Aussitôt, le voleur laissa dégringoler le pendu, sauta lui-même au bas de l’échelle et se cacha dans un coin. La lune était si brillante qu’il vit nettement le comte descendre par l’échelle, et porter le cadavre dans le jardin. Il commença à y creuser un trou pour l’enterrer. « Voilà le bon moment », se dit le voleur. Il se faufila hors de son coin et monta par l’échelle, dans la chambre de la comtesse.
– Ma chère épouse, dit-il en contrefaisant la voix du comte, le voleur est mort. Mais comme il était mon filleul et qu’il fut plus coquin que méchant, je ne veux pas qu’il soit exposé à la honte publique. J’ai également pitié de ses pauvres parents. Avant que le jour se lève, je vais l’ensevelir moi-même dans le jardin pour que l’affaire ne s’ébruite pas. Donne-moi les draps pour que j’y enveloppe le corps.
La comtesse lui donna les draps.
– Et puis, sais-tu, j’ai envie d’être généreux. Donne-moi donc ta bague. Le malheureux a risqué sa vie pour elle ; qu’il l’emporte dans la tombe.
La comtesse ne voulait pas aller contre la volonté de son mari et, quoiqu’il lui en coûtât, elle retira l’alliance de son doigt et la lui tendit. Le voleur partit avec son butin et arriva sans encombre à la maison, avant même que le comte eût achevé son travail de fossoyeur.
Il en faisait une figure, le comte, le lendemain matin, quand le voleur lui rapporta les draps et l’anneau !
– Serais-tu sorcier ? lui demanda-t-il. Qui t’a sorti de la tombe dans laquelle je t’ai moi-même enfoui ? Qui t’a rendu la vie ?
– Ce n’est pas moi que vous avez enterrée dit le voleur, mais un pauvre pécheur enlevé au gibet.
Et il lui raconta en détail comment il avait fait. Le comte dut convenir qu’il était vraiment un voleur plein de ruse.
– Mais tu n’en as pas fini ! lui dit-il. Il te reste une dernière tâche à accomplir et si tu n’y réussis pas, tout ce que tu as déjà fait ne te servira de rien.
Le voleur sourit et ne répondit pas.
Lorsque la nuit fut venue, il se rendit à l’église du village avec un grand sac sur le dos, un paquet sous le bras et une lanterne à la main. Dans le sac, il y avait des crabes et dans le paquet des petites bougies. Le voleur s’installa dans le cimetière, sortit un crabe du sac, et lui colla une bougie sur le dos. Il l’alluma, posa l’animal sur le sol et le laissa marcher. Il en prit un deuxième, procéda à la même opération et continua ainsi jusqu’à ce qu’il eût retiré tous les crabes du sac. Il s’affubla alors d’une longue houppelande noire qui ressemblait à une robe de moine et fixa à son menton une longue barbe grise. Rendu méconnaissable, il pénétra dans l’église et monta en chaire. L’horloge du clocher sonnait précisément minuit. Quand le dernier coup eut tinté, il cria très fort, d’une voix perçante :
– Oyez, pauvres pécheurs ! La fin du monde est arrivée ! Le jour du jugement dernier n’est plus éloigné ! Écoutez ! Écoutez ! Que celui qui veut aller au ciel entre dans mon sac. Je suis saint Pierre, celui qui ouvre ou ferme la porte du Paradis. Regardez, dehors, dans le cimetière, les morts sortent de leurs tombes et rassemblent leurs ossements. Venez, venez, entrez dans le sac, c’est la fin du monde !
Sa voix retentit dans tout le village. Le curé et le bedeau, qui habitaient tout près de l’église, l’avaient entendue les premiers. Lorsqu’ils virent les lumières se promenant dans le cimetière, ils comprirent que quelque chose d’inhabituel se passait et se rendirent à l’église. Ils écoutèrent le prêche du voleur pendant quelque temps. Puis le bedeau toucha le curé du coude et dit :
– Après tout, il ne serait pas mauvais de profiter de l’occasion et d’aller ensemble, sans plus de difficulté, au Paradis, avant le jugement dernier.
– Bien sûr, répondit le prêtre. C’est ce que je me disais. Si vous êtes d’accord, nous allons y aller.
– Oui, reprit le bedeau, mais la priorité vous appartient. Je vous suivrai.
Le prêtre passa donc le premier et monta en chaire où le voleur tenait son sac. Il s’y faufila, suivi du bedeau. Aussitôt, le maître voleur ficela solidement le sac et le tira au bas de l’escalier. Chaque fois que les têtes des deux dupes heurtaient une marche, il criait :
– Nous franchissons déjà les montagnes !
De la même façon, il les traîna à travers le village et quand il passait dans des flaques d’eau, il disait :
– Maintenant, nous traversons déjà les nuages de pluie !
Et quand, finalement, il monta l’escalier du château, il s’écria :
– Nous sommes dans l’escalier du paradis ; nous allons entrer dans l’antichambre !
Quand il fut arrivé en haut, il jeta le sac dans la cage aux colombes et comme celles-ci battaient des ailes, il dit :
– Entendez-vous comme les anges se réjouissent et agitent leurs ailes ?
Il referma la porte de la cage et s’en fut.
Le lendemain matin, il se rendit auprès du comte et lui dit qu’il avait accompli sa troisième tâche en enlevant le curé et le bedeau en pleine église.
– Où les as-tu laissés ? demanda le comte.
– Ils sont en haut, dans la cage aux colombes, enfermés dans un sac et s’imaginant être au Ciel.
Le comte alla voir lui-même et vit que le voleur lui avait dit la vérité. Quand il eut libéré le curé et le bedeau de leur prison il dit :
– Tu es le roi des voleurs et tu as gagné. Mais disparais de mon pays ! Si on t’y revoit, tu peux être sûr de finir sur la potence.

maerchenfilm-102-_v-standard644_a07741