Les plus belles chansons Kölsch {3}

En cette belle journée d’été, quoi de mieux que de boire une bonne boisson fraîche?!Pour les Colonais, la bière Kölsch est évidemment incontournable et ils savent le démontrer, un verre à la main, mais aussi en chanson! Voici pour vous une sélection de chansons mettant la bière de Cologne à l’honneur! A écouter une bière à la main bien évidemment 😉

Drink doch ene met, Bläck Fööss (« Bois-en donc une avec moi »)

Ohne dich geht es nicht, Die Höhner (« Sans toi (la Kölsch) ça ne va pas)

10 Liter Kölsch, Filou (10 litres de Kölsch)

Ich ben e Kölschas, Bläck Fööss (« Je suis un verre à Kölsch)

La princesse peau-de-souris

Pour commencer cet été à venir, voilà une jolie petite histoire de conte de fée qui amène en plus à un peu de réflexion sur ce qui est vraiment important dans la vie ;). Des frères Grimm, évidemment, le titre en allemand est Die Salzprinzessin 🙂

Un roi avait trois filles. Un jour, il voulut savoir laquelle d’entre elles l’aimait le plus. Il les appela près de lui et le leur demanda. L’aînée dit qu’elle l’aimait plus que le royaume tout entier; la deuxième, qu’elle l’aimait plus que toutes les pierres précieuses et que toutes les perles au monde; quant à la troisième, elle lui dit qu’elle l’aimait plus que le sel. Le roi se mit en colère que sa fille compare son amour pour lui avec une chose d’aussi peu de valeur. Il confia sa fille à un serviteur et lui ordonna de l’emmener dans la forêt et de la tuer.

Quand ils arrivèrent dans la forêt, la princesse supplia le serviteur de lui laisser la vie sauve. Celui-ci lui était dévoué et ne il l’aurait pas tuée, de toute façon. Il lui dit aussi qu’il allait rester près elle pour exécuter ses moindres ordres. Cependant, la princesse ne voulut rien d’autre qu’une robe faite en peau de souris, et une fois qu’il la lui eut apportée, elle s’en enveloppa et partit. Elle se rendit tout droit à la cour d’un roi voisin, se fit passer pour un homme et pria le roi de la prendre à son service. Le roi accepta et en fit son valet de chambre. Le soir, elle devait lui retirer ses bottes, et à chaque fois, il les lui jetait à la tête. Un jour, il lui demanda d’où elle venait. « Du pays où l’on ne jette pas les bottes à la tête des gens », lui répondit-elle. Cela éveilla la curiosité du roi. Finalement, ses serviteurs lui apportèrent un jour une bague. Peau-de-souris l’avait perdue, mais il avait dû la voler car elle était bien trop précieuse pour lui. Le roi fit venir Peau-de-souris et lui demanda d’où venait cette bague. Peau-de-souris ne put alors dissimuler plus longtemps qui elle était. Elle se débarrassa de la peau de souris qui l’enveloppait: ses cheveux blonds dorés s’en échappèrent et elle apparut si belle, mais si belle que le roi ôta immédiatement sa couronne pour la lui poser sur la tête, et il déclara qu’elle serait son épouse.

Le père de Peau-de-souris fut aussi invité au mariage. Il croyait que sa fille était morte depuis longtemps et il ne la reconnut pas. Mais, à table, tous les plats qu’on lui présenta avaient été préparés sans sel. Il se fâcha alors et dit: « J’aime mieux mourir, plutôt que manger des plats comme ceux-là! » Quand il eut dit ces mots, la reine s’adressa à lui: « Voilà qu’à présent, vous ne voulez plus vivre sans sel, et cependant, vous avez voulu me tuer, un jour, pour avoir dit que je vous aimais plus que le sel! » Le roi reconnut alors sa fille. Il l’embrassa et lui demanda de lui pardonner, et maintenant qu’il l’avait retrouvée, elle lui était plus chère que son royaume et que toutes les pierres précieuses au monde.

ARD/WDR DIE SALZPRINZESSIN, « Sechs auf einen Streich », Buch: Anja Jabs, Regie: Zoltan Spirandelli, am Freitag (25.12.15) um 14:00 Uhr im ERSTEN.
Prinzessin Amélie (Leonie Brill).
© WDR/Kai Schulz, honorarfrei – Verwendung gemäß der AGB im engen inhaltlichen, redaktionellen Zusammenhang mit genannter WDR-Sendung bei Nennung « Bild: WDR/Kai Schulz » (S2). WDR Presse und Information/Bildkommunikation, Köln, Tel: 0221/220 -7132 oder -7133, Fax: -777132, bildkommunikation@wdr.de

Schützenfest

A l’approche de l’été, de nouvelles parades défilent dans les villes (moyennes et petits mais moins les grandes villes) et peut être aurez vous l’occasion d’en voir une si vous vous trouvez là à ce moment-là. Vous verrez de belles dames en robes de princesse, des calèches et surtout de nombreux hommes en habits de chasseurs traditionnels. Il s’agit du défilé de la Schützenfest, la fêtes des associations de tirs (Schützenverein).

Ces associations de tirs sont encore très répandues en Allemagne et très appréciées. Loin d’être un club de chasseurs, il s’agit juste d’un club de tirs (en salle) et chaque année, un tournoi est organisé et ouvert à tous pour déterminer le nouveau roi du tir (Schützenkönig). Pour devenir roi, il faut savoir tirer, évidemment, et la cible, c’est un oiseau en bois perché à plusieurs mètres au dessus du sol. Du fait de la constitution de la cible, il faut du temps avant de le faire tombe et ainsi, le roi est rarement celui qui tire le mieux mais celui qui a fini par faire tomber les restes de bois. Pour devenir reine, rien de bien compliqué, il faut simplement être la femme du vainqueur :).

Pour en revenir à la Schützenfest, c’est le défilé de ces différentes associations de tirs que regroupent une ville/un quartier accompagnées de fanfares (les connaisseurs reconnaîtront les airs de carnaval). Chaque groupe défile dans son costume traditionnel et les reines arborent de magnifiques robes de soirées qui ont souvent plus de valeurs que leur propre robe de mariée! Être reine du tir, c’est devoir se montrer sous son plus beau jour et montrer qu’on a les « moyens » d’être reine!

La Schützenfest considérée comme étant la plus grande du monde est celle de Neuss, à côté de Düsseldorf, qui se déroule fin août. L’an dernier, plus de 7.500 personnes ont participé à ce défilé et ce défilé attire plus d’un million de spectateur (sachant que Neuss ne compte que 150.000 habitants!). Alors si vous êtes dans la région à cette période, allez y faire un tour, ça vaut le détour!

Les questions préférées des étrangers aux français

Depuis que je vis en Allemagne, il y a des questions que j’ai particulièrement souvent entendues de la part des Allemands (et autres étrangers de manière générale) quand ils entendent que je vient de France/de Grenoble. Pour vous, voici un best-of de ces questions parfois assez insolites! Vous le verrez vite, les clichés ont la vie dure!

  • Tu aimes le fromage? Tu as déjà mangé des grenouilles?

De toute évidence, le savoir culinaire français reste LE sujet préféré des étrangers qui admirent notre cuisine et en même temps la redoutent avec nos quelques curiosités bien à nous!

  • Tu sais cuisiner français?

Dans la poursuite des questions précédentes, ceux qui répondent « oui » à cette question sont vus comme des messies et les interlocuteurs ont soudain l’espoir inespéré de pouvoir un jour eux-mêmes goûter à cette divinité. Si vous faites un jour face à cette situation, rien de bien compliqué, cuisinez une quiche lorraine et vous serez déjà un génie de la cuisine!

  • Tu fais du ski?

Oui, Grenoble = ski, c’est connu, les Grenoblois sont 7j/7, 24h/24 sur leurs skis, toute l’année. Je peux vous dire que la déception est visible sur le visage de ceux qui ont posé cette question quand je leur réponds que je n’ai pas fait de ski depuis bien longtemps car pas le temps (c’est possible ça?? on n’a pas congé tout l’hiver pour le ski??) et pas les sous. Et en plus maintenant, en vivant en Allemagne, j’aurais du mal à me faire 2000 km aller-retour chaque week-end (un détail que les Allemands oublient vraiment!).

  • Il y a beaucoup de neige à Grenoble ? Il fait tout le temps froid?

Oui, en fait, on vit dans des igloos toute l’année, il arrive même que des ours polaires se baladent dans les rues les soirs d’hiver. En été, on atteint difficilement les 0 degrés. Mais on le vit bien … Bref, c’est ma question préférée je crois!

  • Mais pourquoi tu es partie? C’est trop beau chez toi (les Alpes)?

Oui, c’est magnifique, mes montagnes me manquent énormément, mais je n’ai pas encore trouvé la recette pour vivre d’amour et d’eau fraîche. Et malheureusement, en France, j’aurais une situation économique pitoyable de même que mon mari du fait de nos expériences et diplômes uniquement reconnus en Allemagne (qui a parlé de l’ouverture des frontières et de la facilité de mouvement professionnel dans l’UE?). Alors les Alpes, pour le moment, ça reste une destination de vacances.

  • Tu vas apprendre le français à tes enfants quand même? Ça serait un sacré plus pour tes enfants!

Alors, petit rappel, je suis Française, ma langue maternelle est le français, ma famille entière est française, tous ne parlent que français, pour quoi au diable je n’apprendrais pas le français à mes enfants??? Au delà de l’avantage bilingue, c’est avant tout pour qu’ils puissent communiquer avec leur famille et parce que c’est ma culture! Comment pourrais-je ne pas transmettre ma culture alors que c’est dans mes veines?

Voilà pour cette petite compilation. Il y a certainement d’autres questions que j’oublie, en terme d’originalité, tous se donnent du mal pour se rendre intéressant!

Notre mariage franco-allemand

Notre année mariage (en Allemagne) étant désormais terminée, j’en profite pour vous faire un petit résumé de chaque partie.

Le Polterabend

Nous avons longtemps hésité à faire un Polterabend. Partagés entre l’envie de faire cette tradition et le fait qu’encore 3 autres fêtes de mariages étaient à venir et à préparer, nous avons à plusieurs reprises fait la girouette. Finalement, nous nous sommes lancés et se fut une très bonne décision. En plus de faire cette tradition d’avant mariage allemande, c’était en plus l’occasion pour nous d’inviter nos collègues et autres connaissances non invitées au mariage pour célébrer avec eux cet événement.

Dans la plus pure tradition, notre Polterabend s’est déroulé devant la maison familiale, en l’occurrence devant chez mon beau-père. Ce fut sans grand chichi comme cela se fait, mais je me suis permis quelques petits plaisirs avec une décoration élaborée et diverses petites animations dont on me reparle encore! Les Allemands ne sont pas prêts d’oublier ce Polterabend aux accents français!

Durant cette soirée, peu de vaisselle a été cassée mais sachant qu’il est d’usage de renverser le container pour donner l’occasion aux futurs époux de balayer encore plus, nous avons eu suffisamment de quoi travailler avec 4 renversements!

aperçu des débris de notre soirée

Le civil

Quelques jours après le Polterabend suivait notre mariage civil. La préparation du dossier n’a pas été aussi compliquée que ce que je craignais, par contre, celui-ci nous a coûté une petite fortune! Comme je vous le disais ici, le mariage en Allemagne est payant. Nous nous sommes mariés en semaine, nous n’avons pris aucun extra, et pourtant nous avons du débourser la jolie somme d’environ 450€ rien que pour le dossier!

Passé ce « détail » économique, nous avons célébrer notre mariage en petit comité. La journée a commencé par la cérémonie qui nous a uni pour la vie. A notre sortie de la mairie, deux jolies surprises nous attendaient : tout d’abord une haie de parapluies portés par les membres de notre association ; puis quelques enfants de mon Kindergarten ainsi que ma chef et une de mes collègues, et encore quelques autres amis.

La CÉRÉMONIE laïque

Quelques mois après notre union civile en petit comité, nous avons remis ça entourés de nos familles et amis. Nous avons célébré notre cérémonie laïque et organisé notre réception au Glessener Mühlenhof (un moulin) où nous avons été merveilleusement bien accueillis! N’hésitez pas à aller y faire un tour, on peut visiter le domaine (une ferme avec nombreux animaux, moulin et anciennes granges) en tant que particulier, ça en vaut le coup ;).

Ce mariage, nous l’avons organisé de A à Z (cérémonie faite maison, déco entièrement faite main, déroulement, animations, nous n’avons rien laissé au hasard). La journée et la soirée se sont déroulées sous une chaleur écrasante et tout s’est très bien passé! Maintenant, la tête pleine de jolis souvenirs, nous regardons déjà vers l’avenir et de nouveaux projets qui nous tendent les bras et dont j’espère pouvoir bientôt vous parler ;).